Les cessions d’activités représentent 25% des actifs de KBC

Le bancassureur belge KBC a précisé mercredi que les activités cédées ou abandonnées d’ici 2013 dans le cadre de la restructuration approuvée par la Commission européenne représentaient 39 milliards d’euros, soit 25% des actifs du groupe.

“Un total de 39 milliards d’euros d’actifs pondérés par le risque ont été destinés à être mis en run-off (abandonnés) ou cédés sur la période 2009-2013, correspondant à 25% du total du groupe”, indique-t-il dans un communiqué.

Le groupe prévoit de céder ses filiales belges de banque de détail Centea et d’assurance Fidea, sa filiale polonaise de crédits à la consommation Zagiel, ainsi que sa banque privée KBL European private bankers, basée à Luxembourg.

Il a aussi l’intention d’introduire à la Bourse de Prague en 2010 une participation minoritaire dans sa filiale tchèque CSOB et “une transaction similaire pourra être organisée à l’avenir pour d’autres filiales d’Europe centrale et orientale bien choisies, comme K&H en Hongrie”, ajoute-t-il.

KBC a aussi décidé d’arrêter certaines activités sur les marchés de capitaux, notamment concernant les produits structurés basés sur des dérivés qui l’avaient précipité dans la crise l’an dernier.

KBC, qui s’est développé au départ de la Flandre (nord de la Belgique), compte dans les prochaines années renoncer à toute acquisition majeure et se concentrer sur ses activités de bancassurance en Belgique et dans 5 pays d’Europe de l’Est: la République tchèque, la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la Bulgarie.

Cette restructuration a été approuvée mercredi par la Commission européenne, qui la réclamait pour compenser les aides publiques dont KBC a bénéficié à trois reprises entre octobre 2008 et mai 2009 pour faire face à la crise.

Bruxelles, 18 nov 2009 (AFP)