Investissement : La Maif met 3 millions d’euros dans un bateau-taxi volant

L’assureur MAIF a investi trois millions d’euros pour entrer au capital de SeaBubbles, la start-up qui développe le projet de bateau-taxi volant lancé par le skipper Alain Thebault associé au suédois Anders Bringdal, a annoncé cette dernière mercredi.

L’arrivée de ce premier investisseur institutionnel au sein de la start-up est un solide coup de pouce pour le projet de bulle volante électrique pour le transport fluvial, soutenu au départ par Henri Seydoux, président du fabricant de drones Parrot, Partech Venture et une poignée d’autres business angels. « Au total, SeaBubbles a levé 4 millions d’euros dans ce premier tour de table depuis la création de la start-up en janvier 2016 », a indiqué à l’AFP Alain Thébault lors de la signature du document avec la MAIF.

Après la construction d’une maquette de taille réduite de la première bulle volante électrique, le prototype numéro un est « en cours de construction chez un sous-traitant d’Airbus Hélicopters », et son premier « vol » est prévu en principe fin janvier, a-t-il précisé. La bulle volante devrait transporter quatre personnes, dont le conducteur. Le premier « vol » public est prévu pour juin 2017, a indiqué Anders Bringdal à l’AFP.

Des villes comme Melbourne, Sydney, Miami et Londres ont montré des « marques d’intérêt » pour le projet tout comme « le Val de Marne qui souhaiterait mettre des bulles sur la Seine pour l’exposition universelle de 2025, et surtout de la Silicon Valley », selon Alain Thébault. SeaBubbles a pour objectif de proposer une alternative écologique et rapide pour les trajets en ville via des liaisons fluviales, en réutilisant une technologie permettant à de petites coques en formes de bulles de « voler » légèrement au dessus de l’eau.