Inondations : Quel impact ?

Les fortes précipitations qui touchent la France ces derniers jours entraînent des crues importantes sur les affluents de la Seine. Alors que les dégâts sont déjà nombreux dans le Nord, le Centre les craintes commencent à monter sur les conséquences d’une crue de la Seine à Paris ravivant les souvenirs des inondations de 1910.

De quoi parle-t-on ?

Le crue centennale de la Seine fait référence à la grande crue de 1910. Cela signifie qu’elle a une chance sur 100 de se produire. Cette année-là, le fameux Zouave de Paris avait de l’eau jusqu’au cou et les rues de Paris étaient inondées. Le 28 janvier 1910 le pic de crue est atteint à 8,62m.

Le scénario catastrophe

En 2014, l’OCDE avait rédigé un rapport sur la gestion des risques d’inondations en Île-de-France. Il estimait à 30Mds d’euros les dommages directs maximum engendrés par une inondation de la même ampleur que celle de 1910. Quelque 400.000 personnes seraient privées de leur emploi, même si, « le rebond d’activité pourrait réduire certains de ces effets rapidement après une année », souligne le rapport.

Selon les prévisions d’ERDF effectuées dans le cadre de l’exercice Sequana réalisé au mois de mars dans l’optique d’une inondation de grande ampleur en Île-de-France, 1,2 million de clients subiront des perturbations en Île-de-France, dont 350.000 à Paris.

Côté transport, le RER C sera stoppé dès 6,20m de hauteur d’eau atteints à l’échelle d’Austerlitz. Et 140km du réseau métropolitain sera préventivement fermé.

Au total 830.000 personnes vivent en zones inondables en Île-de-France.

Où en est-on ?

A 11h15, la hauteur d’eau a été mesurée à 4,24m à l’échelle d’Austerlitz, contre 3,82m la veille en fin d’après-midi. Si nous sommes loin des niveaux observés en 1910, la progression lente de la crue suit la même tendance, à savoir environ 50cm par jour. Par ailleurs, les départements du Loiret et de Seine-et-Marne ont été placés en vigilance rouge pour risque d’inondations, tout comme le Loing, affluent de la Seine, qui avait participé aux débordements du fleuve en 1910. Selon vigicrues, le niveau de ce dernier dépasse d’ailleurs ceux observés en 1910.

Quels sont les risques aujourd’hui ?

Selon le ministère de l’Environnement, la Seine devrait atteindre un niveau maximal de 5,2m, puisque la crue n’est pas généralisée à l’ensemble du bassin de la Seine et de la Marne contrairement à l’épisode de 1910. On sera donc loin de voir les Parisiens se déplacer en barque dans les rues de la capitale comme il y a 106 ans. Et le terme de crue majeure ne s’applique qu’à partir de 7m de hauteur d’eau.

Pour autant, les sinistres matériels engendrés par les fortes précipitations qui se sont abattues dans le Nord, le Centre et l’Île-de-France se compteront en dizaines de milliers pour le secteur de l’assurance. Il est encore tôt pour donner un chiffre précis en raison de la particularité des crues dans le bassin du Loing et de la Seine. Contrairement aux épisodes brutaux du Sud-Est de la France, les débordements s’étalent sur plusieurs jours sur cette partie du territoire.

Rappelons qu’en France, le risque inondation est le plus prégnant. Plus de 27.000 communes y sont soumises.