Grippe A / François Fillon : La France est prête à faire face à la pandémie

    En visite à Mantes-la-Jolie (Yvelines), vendredi 24 juillet, pour rencontrer les professionnels de santé du département et visiter ensuite, à Limay, un centre de soins, puis une pharmacie, le Premier ministre a assuré que le pays est “prêt” à affronter une pandémie de grippe A (H1N1) : « je voudrais dire que la pandémie ne nous prend pas par surprise, la France se prépare depuis plusieurs années à ce risque. Notre incertitude n’était pas de savoir si un jour, nous serions confrontés à une nouvelle pandémie, c’était simplement de savoir à quel moment elle arriverait ».

    Alors que la situation internationale appelle à une vigilance redoublée, la situation en France est « plutôt rassurante », a affirmé François Fillon. Pour autant, le gouvernement dispose d’un « plan de réaction », mis en oeuvre depuis 3 mois maintenant.

    Trois dispositifs de lutte contre le virus qui ont été développés simultanément :
    – Pouvoir soigner tous les malades. Avec 33 millions de traitements antiviraux disponibles (soit une couverture de la population à hauteur de 25 %), la France a dépassé la préconisation de l’OMS.
    – La réserve de masques. Plus de 700 millions de masques de protection individuelle pour les professionnels en contact avec les malades et un milliard de masques antiprojection, qui seront portés par les malades pour protéger leur entourage, sont disponibles.
    – Achat de vaccins. 94 millions de doses ont été achetées, 34 millions supplémentaires ont été réservées de façon à ce que la France soit en mesure de proposer une vaccination pour l’ensemble de la population.

    Une triple stratégie « fondamentale », a expliqué le Premier ministre « parce que c’est avec une utilisation complémentaire de ces trois moyens de lutte que nous pourrons protéger efficacement chacun de nos concitoyens en fonction de la situation dans laquelle il se trouve ».

    Si au début de l’alerte, l’objectif était de ralentir au maximum la diffusion du virus sur le territoire et d’améliorer la connaissance du virus – le gouvernement retenant ainsi le principe de l’hospitalisation systématique après appel au Centre 15 -, François Fillon a confirmé la bascule du système vers la médecine ambulatoire. “Ce sont naturellement les professionnels de santé libéraux qui sont dans l’état actuel de la situation les mieux à même de faire face à cette situation”.

    Ainsi, désormais :
    – les médecins généralistes sont chargés de traiter les patients présentant les symptômes de la grippe A.
    – la prescription de médicaments antiviraux ne doit pas être systématique, elle doit être laissée à l’appréciation clinique du médecin
    – les pharmacies d’officine délivrent, sur prescription médicale, les masques antiprojection gratuitement et, si nécessaire, les antiviraux qui seront pris en charge par l’Assurance maladie dans les conditions habituelles
    – le recours au centre 15/SAMU est réservé aux urgences médicales, aux cas graves et aux enfants de moins d’un an, qui doivent faire l’objet d’une surveillance en milieu hospitalier.
    – un site Internet dédié aux professionnels de santé – exposant les nouvelles modalités de prise en charge – a été ouvert : www.grippe.santé.gouv.fr