Etude sur les personnes en affection de longue durée : quelles évolutions en 2008 ?

    A fin 2008, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d’une affection de longue durée (ALD) et prises en charge à 100% dans le cadre de cette maladie.

    Pour le Régime général seul, ce chiffre s’élève à 8 millions d’assurés, soit près d’1 assuré sur 7. Si la progression des effectifs en ALD a ralenti depuis 2006 (+3,6% en 2006 et +4,2% en 2007 contre une moyenne de +5,7% entre 1994 et 2004), elle demeure supérieure à celle de la démographie. Plusieurs facteurs sont connus : vieillissement de la population française qui devient plus exposée à ces pathologies chroniques ; amélioration des traitements et de la prise en charge permettant de vivre plus longtemps avec une affection chronique ; dépistage plus précoce …Ainsi on observe que la mortalité cardiovasculaire a diminué de 15% entre 2000 et 2004.

    Maladies cardiovasculaires, tumeurs malignes et diabète représentent plus de 5,7 millions de malades, soit plus de 70% du total des assurés en ALD. Ces trois pathologies connaissent une croissance soutenue sur l’année (supérieure à 6,4%) et participent ainsi à plus de 75% de l’augmentation de la population en ALD.

    L’étude menée par l’Assurance Maladie offre ainsi une vision précise et actualisée des pathologies lourdes et chroniques en France et de leurs évolutions. Ces données permettent également de mieux comprendre l’évolution des dépenses d’assurance maladie et les moteurs de leur croissance.

    En effet, les soins liés aux affections de longue durée représentent 64% des dépenses de l’Assurance Maladie et 90% de leur progression annuelle.

    L’équilibre financier de l’Assurance Maladie est ainsi confronté à cette croissance tendancielle de ses dépenses, compte tenu des évolutions en matière de santé : essor des pathologies chroniques, amélioration des modalités de soins, diffusion d’innovations coûteuses…

    Ce constat renforce la nécessité de rechercher une efficience maximale des dépenses de santé. Un objectif sur lequel l’Assurance Maladie se mobilise avec l’ensemble des acteurs du système de soins : développer la prévention des pathologies chroniques et de leurs complications, organiser et hiérarchiser le recours aux soins, fixer les tarifs à un niveau en adéquation avec le coût réel de production des actes, renoncer aux produits ou techniques dont le service médical est jugé insuffisant…