Edito : Assurance 3-0 Assurance

Certes, la Coupe du monde de Football est partout, elle envahit les écrans et les conversations et peut peser légèrement sur le système nerveux. Mais c’est vendeur, alors que voulez-vous… Et 1, et 2, et 3 – 0 disait la chanson.

1-
Comme le nombre de gros contrat perdu par Gras Savoye, récemment, selon nos informations. Il semblerait que les clients quittent le navire GS assez rapidement ces derniers temps. Et c’est le cas de GDF Suez Energie Services, environ 500.000 euros de commissions annuelles, qui part chez un concurrent.

1-
Aussi pour le Gema, qui a dégainé bien avant la FFSA dans le petit jeu de “Combien m’a coûté l’orage de grêle ?” auquel la presse aime également se livrer. News Assurances Pro reconnaît ainsi à ses confrères et concurrents la qualité de compiler les chiffres qui permet, une fois tous les titres lus, d’avoir une vision assez exhaustive du marché. Mais ça c’était avant. Avant le Gema, donc, qui a mis tout le monde d’accord avec ses 253M d’euros estimés. Publié une semaine avant la conférence de mi-année de la FFSA, c’est un hasard. Heureusement, la FFSA a les chiffres de l’assurance-vie sous bannière AFA. Et en prenant ceux du Gema, elle pourra avoir les estimations “secteur” (donc AFA) pour les orages. L’honneur est sauf pour la première de Thomas Saunier au poste de délégué général de la Fédération.

2-
C’est le nombre de dossiers pour le rapprochement avec La Mutuelle Générale qui seront posés sur le bureau du Conseil d’administration de la “3ème mutuelle de France“. Il s’agira de Malakoff Mederic et d’Humanis. Une réponse est attendue pour la semaine prochaine, soit une semaine tout juste après la conférence de presse des résultats de ce jour. Grâce à cette science de l’agenda, 2 pourrait donc devenir le nombre de “communication institutionnelle” de la Mutuelle Générale qui nous habitue plus à des produits ou des campagnes.

2-
C’est aussi le nombre de réseaux sociaux (Facebook et LinkedIn) qui ont signé des partenariats avec Axa. Il ne manque que Twitter pour compléter le trio de tête côté occidental. Après, il faudra s’attaquer à Instagram, Snapchat, Vine, Tumblr… Heureusement, à la vitesse à laquelle ils se rachètent entre eux, le nombre décroit fortement pour l’assureur. Affaire à follow de près tout de même.

3-
C’est le nombre d’agences de notation qui placent dorénavant le secteur de la réassurance en perspective négative, puisque Moody’s vient de s’ajouter à Standard and Poor’s et Fitch Ratings, comme le souligne notre consoeur de l’Argus de l’Assurance dans son papier. Avec 3 agences unanimes sur l’avenir de la réassurance, 3 risques principaux qui pèsent sur le secteur (taux bas, surcapacité, concurrence de nouvelles formes), la réassurance a du mouron à se faire. Il était donc temps de demander une augmentation avant une période plus compliquée à venir.

0-
Il pourrait s’agir des nouveautés du projet de loi santé de Marisol Touraine. Tout ça pour ça et pour pas grand chose au final, avec un tiers payant généralisé qui semble difficile à mettre en place tant les avis sont (pour le moment) défavorables. Notons que l’arrivée possible des actions de groupe en santé relève le niveau.

0-
Comme la note qu’adresse, une fois de plus, la Cour des comptes à la gestion de la Sécurité sociale.

0-
Enfin, comme le nombre de cravates détectées au cou de personnalités du secteur de l’assurance lors du concert des Rolling Stones, le 13 juin dernier au Stade de France. A titre personnel, c’est rassurant.