Développement : Groupama avance ses pions en Italie en rentrant dans la holding de Fondiaria

L’assureur français Groupama va avancer ses pions en Italie, son marché étranger le plus important, en prenant une part de 17% de Premafin, la holding de la famille Ligresti à travers laquelle elle contrôle l’assureur Fondiaria-SAI, a annoncé Premafin vendredi.

“Premafin et le pacte (rassemblant) ses principaux actionnaires”, qui sont des sociétés appartenant à la famille Ligresti, “ont accepté la proposition avancée par Groupama d’entrer comme actionnaire minoritaire de la société” dans le cadre “d’une augmentation du capital social”, a indiqué Premafin dans un communiqué.

La holding, aux prises avec une restructuration de sa dette, devrait donc lancer prochainement cette augmentation de capital à l’issue de laquelle Groupama devrait détenir une part de 17,09% après avoir déboursé environ 145 millions d’euros. Concrètement, Premafin lancera une augmentation de capital de 225,7 millions d’euros à laquelle Groupama participera en exerçant les droits de souscription de la famille Ligresti. Entre l’acquisition de ces droits et l’achat des actions, Groupama déboursera environ 145 millions.

Le calendrier de l’opération, qui reste soumise à l’approbation des autorités italiennes, n’a pas été précisé.

A l’issue de cette recapitalisation, la famille Ligresti ne disposera plus du contrôle absolu de Premafin car elle descendra à 34,18% contre 51,27% actuellement. Selon les termes de l’accord, les Ligresti ne pourront pas céder durant deux ans leurs parts dans Premafin ni “le contrôle direct ou indirect” de Fondiaria-SAI et de Milano Assicurazioni, compagnie détenue par Fondiaria. Et à l’issue de cette période, Groupama “devra être consulté” si un des membres du pacte veut vendre.

L’assureur français devrait par ailleurs avoir le droit de nommer “au moins  un membre” du conseil de Premafin.

L’homme d’affaires français Vincent Bolloré, qui a grappillé de son côté des titres Premafin ces derniers mois et détient désormais 5,015%, aurait joué un rôle central dans les négociations entre Premafin et Groupama, selon le journal Il Sole 24 Ore.

Groupama et Bolloré sont alliés au sein du pacte d’actionnaires de la banque d’affaires italienne Mediobanca, pivot du capitalisme transalpin. Les Ligresti sont eux aussi actionnaires de Mediobanca.

Cette opération va permettre à Groupama d’avancer ses pions en Italie, le marché étranger le plus important pour le groupe avec 1,4 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2009, 840 agences, 915 salariés et 1,7 million de clients.

Il compte encore y renforcer sa présence en ouvrant 25 nouvelles agences par an d’ici 2012 et en enregistrant une croissance annuelle de son chiffre d’affaires d’environ 20% dans l’assurance vie et d’environ 4% dans l’assurance dommages, avait-il indiqué l’an dernier.

Pour la famille Ligresti, l’argent apporté par Groupama sera une bouffée d’oxygène qui permettra de renflouer Premafin et Fondiaria-SAI qui a accusé une perte nette de 144,8 millions d’euros au premier semestre contre un bénéfice net de 20,8 millions un an plus tôt. “L’engagement financier de Groupama représente un signal fort de confiance dans notre groupe. Le renforcement patrimonial qui en suivra permettra à Premafin d’affronter les engagements et les défis de l’avenir avec plus de force et de sérénité”, a déclaré la patronne de Premafin, Giulia Maria Ligresti, citée dans le communiqué.

A la reprise de leur cotation qui était suspendue depuis vendredi matin, Premafin et Fondiaria-SAI se sont envolés à la Bourse de Milan. Vers 15H20 GMT, ils prenaient respectivement 7,86% à 1,07 euro et 5,58% à 8,51 euros dans un marché en baisse de 0,23%.

Milan, 29 octobre 2010 (AFP)