Dette grecque : Un défaut grec n’aurait pas d’impact pour Axa

Interview Nicolas Moreau DG axa france
Interview Nicolas Moreau DG axa france

Nicolas Moreau, directeur général d’Axa France a déclaré dans une interview accordée à La Tribune qu’un éventuel défaut de paiement de la Grèce « ne sera pas un problème pour ce qui concerne Axa ».

Alors que les créanciers privés de la Grèce pourraient se voir dans l’obligation d’accepter une décote de plus de 50% sur la dette hellène, à la suite du sommet de la zone euro à Bruxelles ce week-end, le directeur général d’Axa France ne s’est pas montré inquiet quant à un éventuel défaut de paiement du pays.

« L’exposition est très faible et notre bilan est suffisamment solide pour absorber d’éventuels défauts sur certains actifs comme cela a été le cas par exemple en 2008 » a-t-il indiqué dans le quotidien. Il a également ajouté : « Ce ne serait pas la première fois que les fonds en euros sont confrontés à une baisse de valeur d’un actif. »

Interrogé sur une baisse de la collecte (la décollecte de l’assurance-vie en septembre ayant été, depuis, confirmée par la FFSA), le directeur général de la branche française du groupe s’est là encore montré confiant.

« Même si je pense que nous ne connaîtrons plus les grandes collectes de ces dernières années, je suis convaincu que l’assurance-vie a encore un rôle important à jouer dans l’épargne des Français car c’est un placement très souple. Si l’on prend un peu de recul, l’assurance-vie ne pesait que quelques milliards d’euros dans les années 1970. Aujourd’hui, 3 Français sur 5 en ont une et elle atteint presque 1.400Mds d’euros, un montant qui a tout simplement doublé en 10 ans… » a-t-il conclu.