Des tests de résistance des principaux assureurs européens pour “évaluer les risques”

    0

    analyse-financiere-70Le comité européen de l’assurance () va procéder en 2010 à des tests de résistance sur les principaux assureurs européens, “afin d’en évaluer les risques”, a indiqué mercredi à l’AFP son secrétaire général, Carlos Montalvo Rebuelta.

    Le CEIOPS est un organisme indépendant, créé en 2004 par la Commission européenne, afin de coordonner l’action des régulateurs nationaux et de
    favoriser les échanges entre eux. Les tests porteront sur les trente principaux assureurs européens identifiés comme “systémiques” par le CEIOPS, une liste établie à la demande des ministres des Finances de l’Union européenne, a précisé le secrétaire général. Ils seront réalisés en utilisant des hypothèses identiques pour tous les assureurs.

    Le CEIOPS a indiqué que ces tests ne sont pas destinés à vérifier la solvabilité de ces assureurs mais à “évaluer les risques” qu’ils portent dans leur bilan. Les résultats de ces tests seront communiqués aux régulateurs mais ne seront pas rendus publics, a indiqué Montalvo Rebuelta.

    De son côté, le comité européen des superviseurs bancaires (CEBS) va mener des tests de résistance sur les principales banques européennes, qui seront réalisés par les différents régulateurs nationaux de chaque pays. Les conclusions de ces tests seront rendues en septembre mais resteront elles aussi confidentielles. Le CEBS a précisé que ces tests ne sont pas destinés à identifier les banques qui pourraient nécessiter une recapitalisation.

    Le Fonds monétaire international (FMI) avait incité les pays européens à suivre l’exemple américain en faisant subir à leurs établissements bancaires des test de résistance (“stress test”). Les autorités américaines ont soumis les principales banques du pays à de tels tests pour déterminer si elles avaient des capitaux propres suffisants pour faire face à la dégradation de leurs bilans en raison de la crise financière et de la dévalorisation de leurs actifs.

    Ces tests ont permis d’établir que 10 des 19 banques testées devaient renforcer leurs capitaux propres de presque 75 milliards de dollars au total.

    AFP