Dépendance : Humanis lance un portail dédié à la perte d’autonomie

Le groupe Humanis a lancé un portail 100% digital dédié aux personnes en perte d’autonomie et aux aidants autour de deux axes principaux : l’information et l’offre de services.

« 4,3 millions de personnes en France sont des aidants, indique en préambule de la présentation du nouveau portail, Laurent Huyghe, directeur action sociale, ingénierie et entrepreneuriat social du groupe Humanis. Souvent ils font confrontés à l’isolement et à l’épuisement puisque la plupart du temps il cumule leur statut d’aidant avec leurs journées de travail et la garde pour eux. » Ainsi, seul un salarié sur deux en parlerait à son employeur et seuls 2% seraient aidés par leur entreprise.

A travers sa plateforme, Humanis entend « réunir l’ensemble des informations et des solutions à apporter aux aidants et aux personnes en perte d’autonomie à seul endroit », explique Isabelle Blaevoet, directrice ingénierie et innovation sociale chez Humanis.

Ue fois sur le portail, ouvert au grand public adhérent ou non d’Humanis, l’internaute accède à des fiches pratiques lui fournissant des informations selon qu’il est aidant ou aidé. Il peut par ailleurs trouver des établissements de santé grâce à un annuaire recensant ehpad et maisons de retraite.

Pour compléter le volet information, le groupe de protection sociale s’appuie sur des services payants (essentiel Domicile, Essentiel Habitat, Essentiel Soutien et Essentiel Ehpad) pour des tarifs oscillant entre 30 euros et 644 euros, permettant, selon la formule choisie, l’adaptation du domicile de la personne en perte d’autonomie, un soutien psychologique, une aide-ménagère, la livraison de repas, de la téléassistance ou encore l’aide au déménagement et à l’emménagement pour un départ en Ehpad.

Cette activité en relevant pas du champ de l’assurance, et d’un régime fiscal différent, le groupe a crée une structure ad hoc. Il assure par ailleurs que ces services d’assistance viennent en complément des services déjà proposés dans les contrats souscrits par les personnes intéressées. Lorsqu’elles appellent ou au moment de l’acte d’achat sur internet, il leur est rappelé de vérifier leurs contrats.

Au-delà de l’aspect serviciel, l’enjeu est de taille pour les entreprises puisqu’en moyenne un aidant, en raison de l’absentéisme et de la perte de productivité, coûte plus de 2.000 euros par an à son employeur.