Chronique : Le groupe Aviva dégradé à A+ en août dernier

Le 15 août dernier, Standard & Poor’s a annoncé l’abaissement d’un cran à A+ de la note de solidité financière du groupe Aviva. La perspective attachée à la note est stable.

La note du groupe était placée sous surveillance avec implications négatives depuis le 17 mai 2011. L’abaissement de note reflète les incertitudes et le risque d’exécution liés à la mise en œuvre du plan stratégique du groupe, dans un environnement économique incertain. En outre, nous pensons que la persistance de la volatilité des marchés financiers continue à peser sur la capacité du groupe à renforcer son profil de risque financier en ligne avec nos précédentes hypothèses. En particulier, la solvabilité du groupe est fortement sensible aux mouvements des marchés financiers, et constitue selon nous l’une des principales faiblesses de la note.

La note de solidité financière d’Aviva reste soutenue par la position concurrentielle du groupe et sa performance opérationnelle, que nous considérons comme très solides.

Les bénéfices des actions stratégiques mettront du temps avant de se concrétiser entièrement dans la performance du groupe

Selon nous, le plan stratégique d’Aviva contient des objectifs à portée positive, tels que l’accent sur l’amélioration de la solvabilité et la réduction de sa sensibilité, ainsi que l’allocation plus sélective des fonds propres en vue d’améliorer la performance opérationnelle du groupe. Nous pensons cependant que les bénéfices des actions stratégiques mettront du temps avant de se concrétiser entièrement dans la performance du groupe. Entre temps, le groupe encourra coûts supplémentaires, et reste exposé au risque d’exécution de son plan stratégique.

En conséquence, nous avons revu à la hausse nos hypothèses sous-jacentes en matière de ratio d’endettement – à plus de 30% -, un niveau supérieur à nos précédentes hypothèses. Nos hypothèses ne considèrent plus de désendettement significatif dans l’année qui vient, compte tenu du rythme d’exécution et des incertitudes liés au plan de réduction de la dette hybride du groupe de 700M de livres. Nous pensons aussi qu’un périmètre d’activité plus restreint pourrait réduire le multiple de couverture de la charge d’intérêt à un niveau inférieur à six fois, et ce jusqu’à ce que le groupe renforce ses capacités à générer des résultats, en améliorant sa performance opérationnelle et en réduisant son niveau de dettes.

Gwenaëlle Gibert,
Associate Director, Financial Services
Standard & Poor’s