Chronique : FFSA, réforme ou ” statuts ” quo ?

La FFSA planche toujours actuellement sur l’évolution de ses statuts. En juin dernier, Gilles Benoist, président de la FFSAA (la branche des sociétés anonymes) et Jacques Deparis (la branche des sociétés à forme mutuelle), ont achevé leurs mandats sans pouvoir finaliser la réforme. Et alors qu’un horizon décembre était évoqué, le dossier pourrait donc se prolonger jusqu’au début de l’année 2013 sans que l’on soit certains qu’il débouche sur quelque chose. Plusieurs scénarios ont  pourtant déjà été évoqués à l’intérieur d’une fédération où, surtout pour des questions de personnes, il n’est pas toujours facile de se mettre d’accord.

L’un d’entre eux notamment, consisterait à supprimer les deux piliers historiques FFSAA et FFSAM pour laisser la place à une représentation directement liée au chiffre d’affaires. Même si certains mauvaises langues arguent que c’est déjà le cas, quand d’autres relèvent que les Axa ou CNP savent de toutes façons défendre seuls leurs intérêts, un tel schéma pourrait malgré tout venir bousculer quelques appartenances.

On pense notamment aux mutuelles de la Roam, « courant » rattaché à la FFSAM et qui regroupe une cinquantaine de mutuelles (dont AG2R-La Mondiale et la MACSF). Du coup, à l’intérieur du mouvement, ça cogite fort. Certains, pour une question de survie, veulent prendre du poids. En clair : recruter des adhérents et des gros de préférence ! Groupama ou Covéa, par exemple. Là encore, le sujet est éminement politique et divise. Quelques uns, à l’intérieur de la ROAM, pourraient donc être tentés de se tourner vers le Gema, qui dispose au sein de son groupement d’un statut d’observateur pour ceux qui seraient intéressés à venir voir comment les choses se passent. Si elle a lieu, la réforme des statuts de la FFSA pourrait donc engendrer un jeu de chaises musicales. Et venir clarifier les choses. On note à ce jour qu’Axa, fleuron du CAC 40, émarge chez les mutualistes de la Fédération. A l’intérieur de Covéa, MMA siège à la FFSA quand Maaf et GMF appartiennent au Gema…

Enfin, comment le nouveau visage de la FFSA s’inscrira-t-il dans le contexte d’une « maison commune” de l’assurance de plus en plus réclamée par les professionnels ? Parce que si l’AFA, qui réunit Gema et FFSA, existe bel et bien, elle manque encore cruellement d’âme.

Louis-Christian de Baudus
Directeur de la rédaction
La Lettre de l’assurance

Cette chronique est à retrouver dans l’hebdo n°50