Mardi 16 avril, le Cercle Lab organisait un afterwork pour présenter deux études sur le marché de la complémentaire santé publiées par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un an après la généralisation de la complémentaire santé, quel a été l’impact de l’ANI sur le secteur de la complémentaire santé ? La Drees a analysé cette question dans deux ouvrages publiés en avril 2019 :  l’édition 2019 du panorama « La complémentaire santé : acteurs, bénéficiaires et garanties » et le rapport 2018 sur « La situation financière des organismes complémentaires assurant une couverture santé ».

Catherine Pollak, cheffe du bureau de l’assurance maladie et des études sur les dépenses de santé de la Drees et Jean-Cyprien Héam, chef du bureau de l’analyse des comptes sociaux, ont présenté les principales conclusions de ces études.

Même si la généralisation de la complémentaire santé n’a pas bouleversé le marché, les cartes ont été rebattues. Les nombre d’organismes complémentaires est en baisse et les cotisations encaissées progressent plus rapidement que les prestations servies. La part des contrats collectifs dans les cotisations progresse passe de 46 à 47% en 2017. Même si les mutuelles restent prédominantes sur le marché de l’assurance santé avec 51% des cotisations collectées, leur part de marché diminue depuis 2001 au profit des sociétés d’assurance. Les charges de gestion restent stables autour de 20% des cotisations, mais évoluent différemment en fonction du type d’organisme.