Assurtech : Alan lance une offre prévoyance avec CNP Assurances

Présent uniquement sur le secteur de la santé, l’assurtech Alan lance une première offre prévoyance en partenariat avec CNP Assurances, actionnaire minoritaire de la start-up.

Alan, société d’assurances créé en octobre 2016, se lance sur le marché de la prévoyance collective. La start-up était uniquement présente sur le marché de la santé avec une offre collective adressée aux PME et start-ups et une autre destiné aux professionnels indépendants.

Alan compte équiper les entreprises déjà couvertes en santé et proposer une offre couplé santé-prévoyance aux nouveaux prospects. « Nous avions prévu de lancer cette offre prévoyance plus tard, mais suite à de nombreuses demandes de nos clients, nous sommes parvenu à sortir cette offre en un mois et demi de travail », indique Jean-Charles Samuelian, CEO d’Alan.

Pour construire cette offre, Alan s’est rapproché de son actionnaire minoritaire CNP Assurances. « Nous avions un agrément assurance sur la branche santé et pas sur la branche prévoyance », explique le directeur général d’Alan, « Nous avons construit un produit très compétitif, au-dessus des garanties minimales », indique-t-il.

L’offre s’adresse principalement aux entreprises qui emploient des salariés dans les conventions collectives Syntec, entreprises de publicité et assimilées, commerces de détail non alimentaires et entreprises de vente à distance. Un simulateur de prix en ligne permet de calculer la cotisation en fonction du salaire de l’employé. Pour un salaire de 2500 euros brut par mois, la cotisation est de 22 euros.

Alan ne communique pas de chiffres sur le nombre d’entreprises déjà couvertes en santé, mais son directeur général affirme être satisfait de la croissance. « Nous enregistrons une dizaine d’entreprises par semaine en santé », affirme Jean-Charles Samuelian.

La start-up est composée d’une équipe de 15 personnes et compte doubler de taille d’ici moins d’un an. « Les nouveaux recrutements concerneront principalement des ingénieurs développeurs, afin de créer de nouvelles fonctionnalités pour continuer à améliorer l’expérience client », indique Jean-Charles Samuelian.