Assurance moto : Quatre vols de deux-roues sur dix commis en IDF ou en Paca

Plus de quatre vols de motos ou de scooters sur dix ont lieu en Ile-de-France et en Paca. Les sociétés de systèmes anti-vols travaillent à un gravage sous forme de puce.

Chaque heure, huit vols de deux-roues sont commis en France. C’est du moins ce qu’a déclaré jeudi David Tuchbant, président du groupe Identicar (gravages de véhicules et systèmes de repérage de véhicules volés), évoquant les statistiques de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP). Ces deux-roues volés sont ensuite destinés à des trafics de pièces détachées pour 70% d’entre eux.

D’octobre 2010 à septembre 2011, 69.655 deux-roues ont ainsi été volés, soit une baisse de 7 % par rapport à la même période 2009-2010 d’après les plaintes enregistrées par la police et la gendarmerie.  L’Ile-de-France (23 %) et la région Paca (19 %) concentrent à elles-seules 42 % des vols de deux-roues. Le record est détenu par la ville de Marseille avec 4,4 vols sur 1.000 habitants. Soit deux fois plus qu’à Paris.

Les tarifs d’assurance varient considérablement selon les régions 

Les deux-roues, qui représentent 10 % du parc roulant, ne constituent pas moins de 50 % des vols. Une étude menée durant une période de trois ans a permis de suivre 500 vols de deux-roues grâce à un équipement « Traquer Rider », un systèmes de localisation embarqués, montrant que 95 % des vols ont été commis avec des camionnettes.

9 véhicules volés sur 10 sont ensuite retrouvés dans le même département ou le département voisin. Du coup, les tarifs d’assurance varient considérablement selon les régions. Ainsi, selon M. Tuchbant, assurer contre le vol un TMAX 500, le super-scooter à succès de Yamaha, coûte deux fois plus cher à Paris (692 euros/an) qu’à La Rochelle (351 euros/an).

Un gravage « électronique » sous forme d’une puce

Les assureurs et les sociétés spécialisés de systèmes anti-vols travaillent ensemble pour tenter d’enrayer le phénomène des vols de deux-roues. A partir du mois de janvier la société ICA, filiale d’Identicar, va proposer en plus du gravage classique de onze « points sensibles » du deux-roues un gravage « électronique » sous forme d’une puce.

Celle-ci pourra être ainsi repérée instantanément par les inspecteurs d’Argos a déclaré Bruno Daniélou, directeur général d’ICA.  Argos est une base qui contient plusieurs millions de références de véhicules gravées ou porteurs d’un système de localisation et surveillent en permanence les ports méditerranéens, comme Algésiras, plaques tournantes de trafic de vol de véhicules ou de pièces détachées.

(Avec AFP)