Assurance emprunteur : la délégation d’assurance ne décolle toujours pas

En 2016, la part des assurances emprunteur qui ont été souscrites auprès d’un assureur autre que celui de l’organisme de crédit ne représentent que 12% des cotisations, selon la FFA, le même pourcentage qu’en 2015 et ceci malgré la nouvelle réglementation pour favoriser l’ouverture du marché.

L’assurance emprunteur en 2016 est restée stable par rapport à 2015 en ce qui concerne le montant des cotisations encaissées et la délégation d’assurance, selon les chiffres de la Fédération française de l’assurance.

Le part des cotisations gérées en délégation d’assurance est identique qu’en 2015 (12%), même si ce pourcentage peut changer très sensiblement en fonction de l’organisme de crédit. En ce qui concerne uniquement prêts immobiliers, la délégation d’assurance reste également stable d’une année à l’autre, autour de 15%. L’ouverture du marché n’est donc pas encore au rendez-vous, malgré les différentes lois adoptées pour favoriser la concurrence. Les assureurs espèrent que la possibilité de résilier tous les ans son contrat d’assurance approuvée en février 2017 permettra de changer la donne dans les années à venir.

Le montant des cotisations s’établit à 8,8Mds € en 2016, en hausse d’1% par rapport à 2015, après une progression de 3% constatée en 2015 et de 2% en 2014. 73% d’entre elles concernent les prêts immobiliers, 21% des prêts à la consommation et 6% des prêts professionnels.

Selon le type de garanties, la garantie décès concentre 70% des cotisations, soit 6,2Mds d’euros, l’incapacité-invalidité représente 27% des cotisations, soit 2,4Mds d’euros et la garantie perte d’emploi ne représente que 3% des cotisations, soit 0,2Mds d’euros.

En 2016, les cotisations relatives aux garanties décès ont augmenté de 2 %, tandis que celles au titre des garanties perte d’emploi et incapacité-invalidité ont connu une baisse – 2% et – 1% respectivement.