Assurance / Discrimination : La fin de la différenciation entre sexes aura un impact négatif

La fin de la différenciation tarifaire entre sexes en assurance, ordonnée par la justice européenne, aura des conséquences négatives pour les assureurs, a estimé l’agence de notation Moody’s dans une étude publiée lundi.

Dans un arrêt rendu mardi, la Cour de justice de l’Union européenne a condamné la discrimination tarifaire basée sur le genre sexuel et interdit aux assureurs de l’appliquer après le 20 décembre 2012.

Pour Moody’s, cette décision prive les assureurs d’ « un outil de tarification précieux ». Elle va vraisemblablement « les forcer à relever leurs primes pour prendre en compte la moindre finesse de leur appréhension du risque et les coûts induits par le changement », explique David Masters, analyste de Moody’s.

Cette hausse pourrait entraîner une baisse de la demande en assurance, surtout pour les catégories d’assurés les plus touchées par les relèvements, notamment les jeunes conductrices. Les assureurs eux-mêmes pourraient être amenés à retirer certains produits du marché, notamment en automobile et en assurance-vie, ce qui les priverait d’une partie de leurs revenus.

Pour Moody’s, cette évolution ne concerne pas que les acteurs de niches mais aussi les grands assureurs, tels que l’allemand Allianz, le français Axa ou l’italien Generali.

Autre conséquence défavorable, l’abandon de la segmentation par sexe pourrait amener les assureurs « à accumuler des risques qui ne correspondent pas à leurs hypothèses tarifaires ». « Les assureurs qui ne contrôleront pas ce risque en utilisant d’autres facteurs d’évaluation devraient subir une détérioration de leurs revenus opérationnels et de leurs bénéfices », prévient l’agence.

Paris , 7 mars 2011 (AFP)