ALD : Le retrait de l’hypertension de la liste mis sur la table pour la présidentielle

Le Comité français de lutte contre l’hypertension artérielle (CFLHTA) souhaite que les candidats à l’élection présidentielle reviennent le déremboursement à 100% de l’hypertension artérielle sévère.

L’hypertension artérielle sévère a été retirée le 27 juin de la liste des affections longues durées ou ALD. Cette disposition, contestée par les associations de patients, était prévue dans la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2011 et permettra, selon le gouvernement, d’économiser 20M d’euros.

« Cette décision purement financière, non concertée avec les sociétés savantes, dont les conséquences sanitaires n’ont pas été évaluées, marque un recul historique de la prévention cardiovasculaire en France », écrit le président du CFLHTA, Jean-Jacques Mourad, dans un courrier adressé aux candidats.

Jean-Jacques Mourad s’inquiète en effet de la prise en charge des patients : « Une proportion significative de patients ne pourra pas prendre à sa charge le coût restant et sera exposée à un risque accru de complications graves: accident vasculaire cérébral ou infarctus du myocarde. »

Le CFLHTA demande donc aux candidats déclarés à la présidentielle de faire connaître leur position vis-à-vis de cette décision, ainsi que « le projet sanitaire » qu’ils mettraient en œuvre pour la prise en charge de l’hypertension s’ils étaient élus.

(Avec AFP)