Agrica : De la défense de portefeuille à la conquête

Agrica au Salon de l'Agriculture

Présent au Salon de l’Agriculture, Agrica affiche de fortes ambitions pour les prochaines années, grâce notamment au partenariat de distribution avec Groupama et Crédit Agricole Assurances.

Agrica a enregistré en 2018 un chiffre d’affaires supérieur à 600 millions d’euros, en légère hausse par rapport à 2017 (+0,5%), grâce notamment au dynamisme en retraite supplémentaire. « Nous avons travaillé sur le multi-équipement des entreprises couvertes en santé. En 2017, nous avions une stratégie de défense du portefeuille auprès des grands comptes, des coopératives et des branches. En 2018, l’activité a légèrement accéléré, mais cette accélération se verra sur le chiffre d’affaires de 2019 », indique Frédéric Hérault. « Le marché est en train de s’ouvrir et nous avons d’excellentes perspectives de développement », complète-t-il. Agrica a annoncé le gel des tarifs en santé pour 2019, suite à la demande de modération tarifaire d’Emmanuel Macron. « Nous avons augmenté les régimes déficitaires, uniquement », précise le directeur général.

La Sgaps Agrica Prévoyance créée en janvier 2018 a permis de développer le partenariat de distribution avec Groupama et Crédit Agricole Assurances pour couvrir les entreprises du secteur agricole. Une offre commune labellisée Agrica Prévoyance, a été lancée en 2018 et est actuellement commercialisée par les trois réseaux, dont 3.000 conseillers de Groupama et Crédit Agricole Assurances dédiés au remplissage des branches. « L’année 2018 a été consacrée à la construction de l’offre Agrica Prévoyance, une offre digitale et orientée vers la prévention », indique Frédéric Hérault, directeur général d’Agrica.

Le groupe de protection sociale se targue d’avoir une activité très équilibrée entre les 3 risques (santé, prévoyance et retraite supplémentaire), avec un taux de pénétration très fort grâce à l’approche affinitaire. La retraite supplémentaire représente un fort potentiel pour Agrica, grâce à la loi Pacte. « Nous avons déjà une structuration de la masse financière. Les acteurs qui vont vouloir se lancer dans la retraite supplémentaire dans le cadre de la loi Pacte ne sont pas au même niveau », pointe Frédéric Hérault. « Nous attendons les décrets d’application, notamment sur la gestion du stock, pour voir comment adapter nos offres », complète Antoine Leroy, directeur général délégué. Si aujourd’hui Agrica ne fait que du fonds euros, demain le groupe va adopter à la gestion pilotée, en partenariat avec Amundi et Groupama Asset Management.

Le groupe paritaire affirme couvrir une population très densifiée du secteur de la production agricole et du paysage et une bonne partie des entreprises de transformation, au travers les coopératives. Si le groupe enregistre un faible taux de résiliations, le projet du gouvernement de permettre la résiliation des contrats santé en cours d’année « peut faire souffrir certains régimes », admet F. Hérault.

Un laboratoire sur la prévention

Le groupe annonce le lancement du Laboratoire Innovation Sociale Agrica (LISA) qui conçoit des offres de prévention à destination des entreprises. Une équipe d’une dizaine de personnes, des préventeurs majoritairement, travaille en collaboration avec les services des ressources humaines des entreprises, pour concevoir des offres digitales de prévention autour des risques psycho-sociaux ou du retour à l’emploi, par exemple. Selon nos informations, Agrica travaille avec la start-up Optisantis, filiale du Crédit Agricole, sur la conception de programmes prévention santé digitaux.

Le groupe de protection sociale réaffirme son caractère professionnel et agricole. « Dans le secteur agricole où les salaires sont relativement faibles, avoir une protection sociale complémentaire permet de rester compétitifs par rapport à d’autres secteurs d’activité et de redorer l’image du secteur agricole », indique le président d’Agrica Claude Cochonneau.

Le groupe réaffirme l’importance de l’action sociale qui permet d’accompagner les salariés dans des zones rurales et de favoriser ainsi l’accès aux soins. L’action sociale d’Agrica se décline dans 5 domaines : l’aide aux aidants, l’accompagnement au deuil, l’handicap et la perte d’autonomie, la lutte contre le surendettement et le retour à l’emploi. « Nous sommes présents dans les domaines où les pouvoirs publics n’y sont pas. Nous pensons être plus efficients en proposant de l’action sociale affinitaire que dans l’inter-pro », déclare Emmanuel Deletoile, vice-président d’Agrica.