Affecté par l’assurance vie, le chiffre d’affaires d’Axa sur 9 mois est en baisse

L’assureur Axa a enregistré une légère baisse de 2,0% de son chiffre d’affaires sur les neuf premiers mois de l’année, à 68.094 milliards d’euros, principalement du fait d’un recul au Royaume-Uni et aux Etats-Unis sur les produits d’assurance vie, selon un communiqué publié jeudi.

Le chiffre d’affaires est inférieur aux attentes des analystes, qui tablaient sur 68,298 milliards d’euros, selon un consensus établi par Dow Jones Newswires.

Premier facteur d’explication, sur les activités vie, épargne et retraite, les revenus affichent un recul de 27% par rapport à la même période de 2008 tant aux Etats-Unis qu’au Royaume-Uni.

Aux Etats-Unis, Axa a souffert d’une forte baisse des ventes (-43%) de son produit phare dit “variable annuities” (contrats en unités de compte), “une tendance globale du secteur due aux conditions de marché à laquelle s’ajoutent (…) les modifications apportées à la gamme de produits +Accumulator+”, qui bénéficie désormais de moindres garanties.

En considérant le seul troisième trimestre, le chiffre d’affaires aux Etats-Unis en devise locale est en recul de 48% sur un an en vie, épargne et retraite.

Au Royaume-Uni, les revenus en assurance vie sont “touchés par la baisse de confiance des clients dans un contexte financier difficile”.

Le ralentissement sur ces marchés est, pour partie, compensé par le dynamisme de l’assurance vie en France, qui voit son chiffre d’affaires progresser de 9,3%.

Autre point positif, la bonne résistance de l’assurance dommage, qui enregistre une croissance de 2,5%. Axa a notamment gagné 919.000 contrats nets en assurance de particuliers sur les neuf premiers mois de l’année.

Le président du directoire Henri de Castries, cité dans le communiqué, relève que “la croissance des ventes reste positive” et indique anticiper “une hausse globale des tarifs au cours des prochains mois”.

Après avoir déjà amélioré sa solidité financière au premier semestre, Axa a porté son ratio de solvabilité (fonds propres disponibles rapportés au niveau de fonds propres réglementaire) à un niveau “légèrement supérieur” à 140%, contre 133% à fin juin.

Le groupe pâtit d’une légère érosion de ses marges sur affaires nouvelles, qui reculent de 0,5 point au total en vie, épargne et retraite. Un mouvement constaté chez la plupart des grands acteurs de l’assurance vie, qui traduit la moindre popularité des contrats dits en unités de compte, qui offrent des marges supérieures aux autres contrats. “Néanmoins, nous demeurons intimement convaincus du fort potentiel des produits +variable annuities+ et des autres produits d’épargne en unités de compte, qui sont en adéquation avec les besoins de nos clients”, a commenté M. de Castries.

En gestion d’actifs, la décollecte nette se poursuit (-13 milliards d’euros au troisième trimestre), mais ralentit par rapport au premier semestre. Au total, les actifs sous gestion progressent à 840 milliards d’euros, grâce au fort rebond des marchés financiers depuis le début de l’année.

Paris, 29 oct 2009 (AFP)