Acteur : Interrogations sur la division d’assurance dommages d’AIG

Malgré des résultats meilleurs que prévus, les investisseurs s’interrogent sur la santé de la division d’assurance dommages de l’assureur américain AIG.

AIG a quasiment triplé son bénéfice net l’an dernier, une année marquée par ailleurs par le retour aux bénéfices au quatrième trimestre. Le bénéfice net est ressorti à 9,08Mds de dollars.

Mais selon un document interne obtenu vendredi par l’AFP, l’assureur va réduire environ 3% de ses effectifs, soit 1.890 salariés sur les 63.000 qu’il comptait fin décembre. Jeudi, AIG avait simplement indiqué qu’il avait passé une charge de 265M de dollars due à des indemnités de licenciement. Au quatrième trimestre, l’assureur a enregistré un bénéfice de 1,97Md de dollars, contre une perte de 4Mds de dollars un an plus tôt.

C’est sur cette dernière performance que s’arrêtaient vendredi la majorité des analystes.

Pour eux, ce retour dans le vert était trompeur vu que le quatrième trimestre 2012 avait pâti d’une charge exceptionnelle de 2Mds de dollars liée à l’ouragan Sandy. AIG doit davantage ses bons résultats, comme les autres assureurs, à l’absence de sinistres majeurs, soulignent-ils. “Même si le quatrième trimestre a été solide, l’assurance dommages est plus faible que nous l’imaginions”, estiment les analystes de Credit Suisse dans une note.

“L’assurance dommages n’est toujours pas où elle devrait être”, renchérissent Scott Frost et Andrew Molloy chez Bank of America-Merrill Lynch. Le ratio combiné des sommes des frais de gestion et des coûts des sinistres sur le total des primes encaissées s’est certes amélioré de 22 points comparé au quatrième trimestre 2012.

Mais si on retire l’effet de l’ouragan Sandy, les analystes font observer que ce ratio s’est dégradé de 2 points en un an. Autrement dit, les coûts d’assurance ont augmenté un peu plus au quatrième 2013 qu’un an plus tôt. Toutefois, la plupart des analystes ont maintenu leur recommandation sur le groupe, estimant qu’il allait accélérer son programme de rachats d’actions, une façon indirecte de rémunérer ses actionnaires.

L’assureur a augmenté de 25% le dividende qu’il va distribuer à ses actionnaires et va racheter pour 1Md de dollars d’actions supplémentaires.