Acquisition : Zurich Insurance va racheter la filiale d’ANZ en Australie

Zurich Insurance va racheter les activités d’assurance-vie du groupe bancaire ANZ en Australie, OnePath Life, pour un montant estimé à 2,85 milliards de dollars australiens (1,82 milliard d’euros), a annoncé lundi l’assureur suisse dans un communiqué.

Les deux parties espèrent que la transaction, qui devra être soumise à l’approbation des autorités de régulation, sera achevée d’ici la fin de 2018.Grâce à ce rachat, Zurich Insurance aura accès aux quelque six millions declients d’ANZ et contrôlera environ 19% du marché de l’assurance-vie, devenant ainsi le numéro un en Australie.

L’assureur suisse compte faire cette acquisition grâce à ses propres ressources et en s’endettant. Elle va lui permettre de se renforcer sur des activités d’assurance vie dont les revenus sont plus réguliers. La transaction sera bénéficiaire dès le premier jour, a précisé le communiqué. Le groupe zurichois est en pleine réorganisation depuis l’arrivée aux commandes l’an passé de Mario Greco, l’ancien patron de l’assureur italien Generali.

Le PDG avait annoncé qu’il voulait mettre l’accent sur la banque assurance. ANZ a expliqué pour sa part que cette opération lui permettrait de se “focaliser sur ses activités de services bancaires aux particuliers et aux entreprises en Australie comme en Nouvelle-Zélande”. “Depuis le début, nous nous sommes montrés déterminés à conclure un partenariat avec une organisation de haute qualité alignée culturellement sur l’ANZ”, a dit Alexis George, directrice générale au sein de la branche australienne du groupe. Les grands groupes bancaires actifs en Australie s’appliquent depuis quelques années à rationaliser leurs opérations.

La National Australia Bank avait vendu en 2015 l’essentiel de sa branche assurance au japonais Nippon et la Commonwealth Bank a cédé la sienne en septembre à l’AIA pour 3,8 milliards de dollars australiens. Toutes les grandes banques australiennes doivent composer avec une nouvelle réglementation qui accroît leur ratio de réserves obligatoires, comme garantie contre les prêts immobiliers et les prêts irrécouvrables. Les cinq banques les plus profitables du pays doivent aussi s’acquitter de 6,2 milliards de dollars australiens de prélèvements supplémentaires sur quatre ans.