Allianz accuse une baisse de 41% de son résultat opérationnel et annonce “2009 sera difficile”

    0

    allianz-70Le patron de l’assureur allemand Allianz a annoncé mercredi que son ancienne filiale Dresdner Bank devrait tirer le résultat net du groupe dans le rouge au premier trimestre et que 2009 s’annonçait “difficile”.

    “Dresdner Bank va tirer notre résultat net dans le rouge au premier trimestre”, a averti le patron d’Allianz, Michael Diekmann, devant un parterre d’actionnaires à l’assemblée générale du groupe à Munich (sud), mais sans donner de chiffres ou d’ordre de grandeur. “2009 sera une année difficile”, a-t-il aussi prévenu. Le groupe n’a pas publié de prévisions annuelles. “La crise va encore durer quelque temps”, a-t-il poursuivi, craignant que la reprise attendue en 2010 ne soit que temporaire.

    Les charges de la vente de Dresdner Bank, la filiale bancaire déficitaire cédée cette année à Commerzbank, pèseront à hauteur de 400 millions d’euros sur les chiffres du premier trimestre de l’assureur, un montant déjà connu. Le résultat opérationnel du groupe devrait atteindre 1,3 milliard d’euros au premier trimestre, selon des chiffres provisoires, soit une chute de 41% sur un an.

    Le chiffre d’affaires d’Allianz devrait légèrement progresser à 27,7 milliards d’euros (+2,6% sur un an). Des résultats définitifs sont attendus le 13 mai.

    M. Diekmann a insisté sur la solidité financière du numéro un mondial dans l’assurance de dommages: “notre solvabilité est bonne et solide (…) une aide publique n’est pas à l’ordre du jour”.

    En 2008, Allianz a accusé une perte de 2,4 milliards d’euros, essentiellement due à d’énormes dépréciations d’actifs de Dresdner Bank. Cette dernière a été vendue à Commerzbank pour 5,1 milliards d’euros, près de deux fois moins cher que le montant initialement prévu fin août avant l’aggravation de la crise financière. Pour 2009, M. Diekmann a promis un contrôle rigoureux des coûts et dépenses, et le renoncement aux risques disproportionnés.

    Cependant, ses activités d’assurance-crédit notamment vont souffrir cette année en raison de faillites d’entreprises, a averti M. Diekmann, et les activités d’assurance vie d’Allianz aux Etats-Unis sont “sous pression”. La division de gestion de portefeuilles du groupe est “relativement solide”, a estimé M. Diekmann, précisant qu’elle avait gagné des parts de marché ces derniers mois.

    Allianz entend profiter du vent de consolidation dans le secteur de l’assurance au milieu de la crise, alors que les cessions d’actifs du géant américain en difficulté AIG aiguise les appétits. Le groupe n’exclut pas des acquisitions, a déclaré son directeur financier Helmut Achleitner. Il n’est cependant pas en “discussion concrète” avec AIG pour des rachats d’actifs, a-t-il ajouté, démentant ainsi des spéculations récurrentes sur le sujet.

    Allianz a investi 1,8 milliard d’euros en octobre dernier dans l’assureur américain Hartford Financial. Il devrait subir au premier trimestre 112 millions d’euros de dépréciations d’actifs sur cet investissement, a précisé le directeur financier.

    Mardi, Allianz s’est séparé de la moitié de ses actions dans la banque chinoise ICBC, d’une valeur de plus d’un milliard d’euros environ.
    A la Bourse de Francfort, le titre prenait 2% à 68,75 euros à 11H45 GMT.

    AFP