Scor mise sur la croissance organique à moyen terme

    Le réassureur français Scor, qui a multiplié les acquisitions ces dernières années, entend miser sur la croissance organique à moyen terme, tout en préservant sa rentabilité, a indiqué mercredi le groupe lors d’une présentation aux investisseurs.

    “Pourquoi Scor devrait-il réaliser des acquisitions majeures quand il existe des opportunités de croissance organique?”, s’interroge Scor dans des documents présentés mercredi dans le cadre d’une journée dédiée aux investisseurs. En se fondant sur l’hypothèse d’une croissance annuelle du chiffre d’affaires de 5% sur trois exercices de 2009 à 2011, Scor ferait progresser ses revenus de près d’un milliard d’euros par rapport à leur niveau actuel, fait valoir le réassureur.

    Ce seul accroissement du chiffre d’affaires équivaut aux revenus “de beaucoup de concurrents de taille petite et moyenne”, souligne Scor. Le réassureur français estime ainsi qu’il est préférable de faire progresser le chiffre d’affaires par croissance interne plutôt que par acquisition car cela épargne à Scor les coûts et les risques d’intégration, voire le risque d’attrition du portefeuille en cas de rachat d’un concurrent.

    Un argumentaire présenté alors que le bermudien Partner Re a annoncé dimanche le rachat d’un acteur moyen du secteur, Paris Re (anciennement Axa Re), pour deux milliards de dollars. Scor a indiqué “ne pas attendre de changement lié à cette acquisition”.

    Ecartant une acquisition majeure, Scor n’exclut pas néanmoins de réaliser de petites opérations, susceptibles de “compléter son portefeuille en amenant de l’expertise ou davantage de diversification au groupe”.

    Le groupe ajoute que ses objectifs prioritaires restent ceux présentés dans le plan “Dynamic Lift V2” qui prévoit notamment de dégager un rendement moyen sur fonds propres supérieur de 900 points de base au taux sans risque.

    AFP