Etats-Unis : Derrière la réforme de la santé “Obamacare”, l’enjeu de l’assurance sur Internet

Avec l’Obamacare, mis en place le 2 octobre, les Américains expérimentent à grande échelle la comparaison et la souscription en ligne des contrats d’assurance santé.

La grande réforme de la santé aux États-Unis, connue sous le nom “d’Obamacare” ou précisément “Affordable Care Act“, vient d’être mise en route, par son volet le plus important, qui doit rendre plus abordables aux non-assurés des assurances santé et qui seront dorénavant obligatoires.

Derrière cette grande bataille engagée avec le parti républicain (loi votée en 2010) qui a bloqué le budget pour reporter cette réforme, bloquant de fait depuis hier l’administration (“shutdown“), se joue aussi une grande bataille de l’assurance sur Internet.

En effet, depuis le 2 octobre, 30 à 33 millions des 50 millions Américains non-couverts par une assurance santé, peuvent accéder à des plateformes Internet gérées par l’État fédéral ou les États pour comparer et souscrire en ligne une assurance. Pour l’administration Obama, le digital est l’outil idéal pour rendre accessibles les assurances au plus grand nombre et espérer faire baisser les prix. Les premiers contrats d’assurances prendront effet le 1er janvier 2014. Une grande campagne d’enregistrement vient d’être ouverte à travers le pays jusqu’en mars prochain. Une expérience numérique inédite. Le gouvernement vise 7M d’adhésions sur cette période.

Aujourd’hui avec le lancement de ce programme commence un jour nouveau où la couverture médicale sera plus accessible et abordable comme jamais avant“, écrit mardi la ministre de la Santé Kathleen Sebelius sur le site internet du ministère.

Sites saturés

Les sites connaissent dès leur premier jour d’ouverture une grande affluence, provoquant des saturations assez inattendues selon les observateurs américains. Dans l’État de New York, le site, saturé, a reçu 2 millions de visites dans les deux premières heures d’ouverture alors qu’on estime à 2,5 millions le nombre de personnes non-assurées dans cet État. Le site fédéral a connu des pannes durant toute la matinée.

Ces “marketplaces“, plateformes ou bourses, doivent d’abord permettre à l’assuré de renseigner les caractéristiques propres à ses besoins d’assurance. Une grande première pour des citoyens qui n’ont pas de cartes d’identité et qui sont plutôt méfiants vis-à-vis de l’État fédéral qui va devoir centraliser des millions de données pour comparer les assureurs.

Les internautes pourront ensuite accéder à des offres plus transparentes des assureurs, bénéficier des mêmes garanties contrôlées par l’État (interdiction d’augmenter les primes pour les enfants malades, interdiction de refus de couverture selon le sexe ou l’âge par exemple), profiter des crédits d’impôts et d’aides publiques pour faire baisser le coût de l’assurance et accéder à des couvertures minimales pour les plus pauvres (Medicaid).

328 dollars mensuel par personne, 16% de baisse moyenne

Le gouvernement espère que la concurrence jouera entre les assureurs et que les prix baisseront grâce à l’afflux de nouveaux assurés dont nombre de jeunes en bonne santé mais non couverts jusqu’à présent. Le ministère de la Santé annonce que les primes devraient baisser en moyenne de 16% par rapport à la situation classique et plus encore pour les familles bénéficiant des subventions publiques.

Selon un rapport de l’Administration Obama, la deuxième assurance meilleure marché couvrant 70% des coûts médicaux d’un assuré typique s’élèvera à 328 dollars mensuel par personne. Pour une famille de quatre personnes avec un revenu annuel de 50.000 dollars, la prime mensuelle variera en moyenne de 600 dollars en Arizona à 1.069 dollars dans le Mississippi. Les Américains pourront également passer par des courtiers ou contacter directement leur assureur.

CP_FlickrCC