Résultats du sondage “Le moral des étudiants français”, 1er baromètre Maif, Agoracampus.com, Vie universitaire

    Selon le 1er baromètre IFOP réalisé pour le compte de la MAIF, agoracampus.com et Vie Universitaire, les étudiants français ont le moral !

    L’IFOP a réalisé un sondage sur le moral des étudiants français pour le compte de la MAIF, agoracampus.com et Vie Universitaire auprès d’un échantillon représentatif de 1013 étudiants, sélectionnés selon la méthode des quotas après stratification par académie et interrogés via des questionnaires auto-administrés en ligne, entre le 24 et le 26 février 2009.

    Quelques jours après la fermeture du Salon de l’Etudiant à Paris (6 – 8 mars 2009, Porte de Versailles), les résultats sont là : malgré les difficultés économiques et sociales rencontrées actuellement, les étudiants français sont confiants, heureux, tout en conservant une grande lucidité sur leur environnement !

    –    80% des étudiants pensent trouver un emploi qui corresponde à leurs études et leurs qualifications
    –    63% pensent que la formation suivie leur permettra de disposer d’une situation professionnelle satisfaisante
    –    60% des étudiants pensent qu’ils auront une situation professionnelle meilleure que celle de leurs parents
    –    59% des étudiants affirment que leur moral est bon
    –    L’emploi, le pouvoir d’achat, l’éducation et la recherche : les 3 principales préoccupations pour la majorité des étudiants

    1. Les chiffres clés du baromètre “Le moral des étudiants français”

    •    Des étudiants optimistes pour leur avenir

    – 80% des étudiants interrogés pensent qu’ils trouveront un travail correspondant à leurs études et leurs qualifications. Ce résultat est à relier au fait que 63 % des étudiants ont le sentiment que leur formation et leurs compétences leur permettront d’avoir une situation satisfaisante dans le futur.

    – 60% des étudiants interrogés pensent qu’ils auront une meilleurs situation professionnelle que leurs parents, ou en tout cas l’espèrent puisque 41 % d’entre eux qualifient cette éventualité non pas de certaine mais de probable. Ainsi, l’espoir d’ascension sociale est encore assez répandu, notamment parmi les étudiants issus des milieux populaires : les enfants d’ouvriers qui ont une attente très forte dans ce domaine (80 %), alors que les enfants de cadres et de professions libérales se montrent cependant un peu plus prudents (46 %).

    – 52% des étudiants interrogés pensent que le système éducatif joue un rôle d’ascenseur social.  Cet espoir est assez répandu, notamment parmi les étudiants issus des milieux populaires (62%).

    •    Des étudiants qui ont le moral malgré la crise

    – 59% des étudiants interrogés affirment que leur moral est bon ! Contrairement aux idées reçues et aux discours ambiant sur le monde étudiant. la majorité d’entre eux va bien ! 30 % disent avoir moyennement le moral, et seul un étudiant sur dix confie que son moral est mauvais. Mais cela ne les empêche pas de se sentir stressés pour les trois quarts d’entre eux !

    – 60% des étudiants interrogés considèrent que leur situation financière est correcte ou facile. Comme on pouvait s’y attendre, cette proportion est fortement liée à la catégorie sociale : 54 % des enfants d’ouvriers et 44 % des enfants d’employés estiment leur situation financière difficile, contre 29 % des enfants de cadres et professions libérales, et 34 % des enfants d’artisans et de commerçants

    – 85% des étudiants interrogés affirment entretenir de bonnes voire de très bonnes relations avec leurs parents. Ce sentiment est partagé par une très forte majorité d’étudiants, quelque que soit la catégorie sociale concernée. Un résultat qui révèle l’importance de la sphère familiale pour les étudiants.

    •    Des étudiants lucides sur leur environnement

    – L’emploi, le pouvoir d’achat, l’éducation et la recherche : les 3 principales inquiétudes des étudiants français aujourd’hui. Placés en tête des problèmes les plus importants aujourd’hui pour la France, l’emploi est cité par 56 % des étudiants, le pouvoir d’achat par 46 % d’entre eux. l’éducation et la recherche arrivent en 3ème position avec 35%.

    – 47 % des étudiants s’attendent à ce que la situation économique et sociale s’aggrave et 39 % pensent qu’elle va s’améliorer. Plus les étudiants se trouvent dans une situation financière difficile, plus ils se montrent pessimistes sur cette question.

    – Système éducatif : peut mieux faire ! En effet, même si 9 étudiants sur 10 sont satisfaits de leurs études, il n’en demeure pas moins que 59% estiment avoir été mal informés pour choisir leur inscription après le bac. Ce pourcentage est plus élevé à l’université (61 %) qu’en classes préparatoires ou dans les grandes écoles (49 %). La raison massivement invoquée est la difficulté d’accéder aux bonnes informations et aux bons interlocuteurs.

    2. Objectif pour la Maif : anticiper les futurs besoins des français français

    Présente dans le monde éducatif depuis de nombreuses années, le groupe MAIF, en 2008, a pris l’engagement d’œuvrer en faveur de “l’accès à l’éducation pour tous”. Pour la Mutuelle, cet objectif d’entreprise socialement responsable n’est réalisable qu’à une condition : identifier et connaître les attentes des étudiants français en les interrogeant. C’est la raison pour laquelle la MAIF a sollicité l’Ifop pour la réalisation de ce baromètre, en partenariat avec agoracampus.com et Vie Universitaire.

    En commanditant ce sondage, la Mutuelle a appliqué un principe fortement ancré dans son histoire : la consultation participative. En effet, qu’il s’agisse de la vie politique de la Mutuelle (Assemblée Générale, élections des administrateurs…) ou de son développement (consultation des sociétaires), la MAIF s’appuie sur la consultation participative. Elle a d’ailleurs été récompensée en 2008 sur ce thème en obtenant le 1er Prix TNS-Sofres de la Relation Client (et pour la 5ème fois consécutive).

    Etre à l’écoute des étudiants est donc une priorité pour la MAIF. Comme le prouve d’ailleurs son partenariat avec rue des écoles pour la mise en ligne d’agoracampus.com, une plateforme collaborative qui vise déjà à donner la parole aux étudiants, à les informer et à leur permettre d’échanger entre eux.

    Pour consulter l’intégralité du sondage : www.agoracampus.com