Résultats 2013 : « Année positive pour Klésia » selon Christian Schmidt de la Brélie

Klésia a connu une année « positive » en terme de développement en assurance de personnes selon son directeur général, Christian Schmidt de la Brélie. Le plan à horizon 2016 prévoit de développer les services, alors que la fusion sera effective « dans 18 mois« .

Invité d’un petit déjeuner organisé par l’Association nationale des journalistes de l’assurance (Anja), Chistian Schmidt de la Brélie, directeur général du groupe Klésia, a souligné que le groupe paritaire avait connu une année 2013 « positive » sur le front des assurances de personnes. Klésia s’attend « à des résultats légèrement positifs« .

Pour 2014, Klésia a prévu dans son plan de mettre en avant les services. Le groupe envisage de n’utiliser qu’un seul prestataire de tiers payant, en s’appuyant sur le dispositif de FMP, la Fédération mutualiste parisienne qui fait partie du groupe et qui est imbriquée avec Almerys, autre opérateur du tiers payant. Klésia réfléchit également à se rapprocher d’un réseau de soins et Kalivia a été l’objet de discussions avec Malakoff Médéric, qui en est l’un des fondateurs avec le groupe Harmonie Mutuelle.

Sur le thème des contrats solidaires et responsables, Klésia suit « l’expression du Ctip » et reconnaît « une réflexion sur le sujet » d’une aide à la complémentaire santé labellisée, comme sur les ‘surcomplémentaires santé’.
Les enjeux « de multi-équipements et de saturation du portefeuille » présents dans le plan à horizon 2016 passent par un effort en matière de distribution, sans pour autant la prendre à son compte. « Nous n’allons pas investir sur un sujet si nous ne sommes pas compétents » explique Christian Schmidt de la Brélie. Dans ce cadre, le partenariat avec La France Conseil Assurances, de Generali, historique au sein du groupe Mornay, concerne maintenant tout le périmètre Klésia

Le groupe né de la fusion de D&O et Mornay, couvre 3 millions de personnes et 300.000 entreprises, et devrait finir « dans 18 mois » les travaux de fusion.
Les 18 premiers mois ont été consacrés à la « rationalisation au niveau des effectifs, des applications informatiques et au niveau de l’organisation » a révélé le directeur général.