Récompense : Le patron de Prudential reçoit “Le Grand Prix de l’Economie”

Tidjane Thiam, patron franco-ivoirien de Prudential plc, plus grosse société d’assurances britannique, a reçu jeudi à Paris “Le Grand Prix de l’Economie” qui récompense chaque année “l’homme ou la femme qui incarne le fait économique le plus marquant de l’année”. Le ministre du Budget Bernard Cazeneuve et la directrice générale du FMI Christine Lagarde assistaient à la cérémonie.

Pour sa 4ème édition, le prix, organisé par Les Echos, Radio Classique, et le cabinet d’avocats d’affaires Freshfields Bruckhaus Deringer, a été décerné à M. Thiam “pour son parcours exceptionnel” par un jury présidé par l’ancien président de la BCE Jean-Claude Trichet.

Tidjane Thiam, 51 ans, est en effet une personnalité très originale du monde des affaires : après avoir étudié dans l’élite des écoles françaises (Polytechnique, Mines, Insead), il est devenu consultant chez Mc Kinsey à New York et Paris, avant de partir dans son pays natal, comme haut fonctionnaire puis comme ministre du Plan et du Développement, de 1994 à 1999.

Quittant la Côte d’Ivoire à la suite d’un coup d’Etat, il entre en 2002 chez Aviva, rivale de Prudential au Royaume-Uni, puis en 2007 chez Prudential dont il prend la tête en 2009, avec parmi ses principaux objectifs le développement en Asie. Il est ainsi devenu le premier dirigeant noir d’une entreprise du FTSE 100.

Actuellement président de l’ABI, l’association des assureurs britanniques, Tidjane Thiam a participé ou participe aussi à plusieurs instances visant au développement de l’Afrique, notamment l’Africa Progress Panel présidé par Kofi Annan.

Alors que M. Thiam a déjà publiquement regretté de ne s’être jamais vu offrir en France un emploi à la hauteur de ses capacités, Bernard Cazeneuve a considéré que le prix était “une manière de déclaration d’amour et de respect de ce que vous êtes et de regret de ne pas avoir su vous garder”, appelant à se souvenir de cet exemple.

En conclusion de son discours, M. Thiam a rapporté une inquiétude soulevée par les dirigeants chinois qu’il a rencontrés : “La seule chose aux États-Unis qu’ils ne peuvent dupliquer, c’est la diversité culturelle. En France, nous avons cette diversité, à nous de savoir ce que nous voulons en faire”.

Les précédents lauréats du Grand Prix de l’Economie ont été en 2012 Mario Monti, alors Président du Conseil italien, en 2011 Michel Pébereau, alors Président du conseil d’administration de BNP Paribas et en 2010 Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand.