Projet : Les facteurs bientôt dans l’assurance, les experts inquiets

Les experts voient d’un très mauvais œil que les postiers puissent devenir demain des experts d’assurance. Explications avec des professionnels du secteur.

La semaine dernière La Poste exprimait sur notre site son envie de faire de ses facteurs des experts d’assurance. “Nous réfléchissons au développement de ses services à la personne et sur ce sujet nous sommes en phase de construction du projet pilote”, informait une porte-parole. Et d’expliquer, “Les postiers ont un contact quotidien avec les Français, ils leur est donc possible de prendre des photos d’un sinistre“. Les Français seraient gagnants, dit La Poste, puisqu’en cas de sinistre donc, ils n’auraient pas à attendre qu’un expert mandaté passe. Pour donner la parole aux experts d’assurance qui sont directement concernés dans ce dossier, nous avons interviewé Yann de Mareuil, président de la fédération des sociétés d’expertise, et Yves Legoux, président du Cea compagnie des experts.

“Il faut en passer par une longue formation avant d’être expert agréé”

Yann de Mareuil explique que le projet de La Poste à généré “une vive émotion au sein de la profession. Les mots qui ont été employés par la Poste sont forts. Opérateur postal désire que ces facteurs deviennent des experts agrées des compagnies d’assurance. Or chez nous pour être agréé cela demande beaucoup de travail et un niveau de formation exigant. Les experts ont donc été inquiets face à cette annonce”.
“Nous comprenons bien que ce sont des missions particulières qui vont être données aux facteurs”,
souligne Yves Legoux, “comme prendre des photos, mais, de toute façon, dans quelques années ce sont les assurés eux-mêmes qui pourront le faire”.

Yann de Mareuil ne cache pas que la profession a vécu cette annonce de La Poste comme une “agression“. “C’est normal qu’on ait l’impression qu’on nous remette en cause”. Les facteurs, qui eux, n’ont rien demandé risquent de ne pas se faire beaucoup d’amis dans le secteur d’expertise assurantielle.