Marché : Aviva France veut atteindre les 1.000 agents généraux d’ici 3 à 5 ans

Aviva

Aviva France souhaite augmenter le nombre de ses agents généraux dans les trois à cinq prochaines années, tout en rééquilibrant la répartition de ses activités Santé et Dommages entre particuliers et professionnels. 

Aviva Assurances (filiale Santé et Dommages d’Aviva France) ambitionne de faire croître son réseau de distribution à travers le pays dans les prochaines années. Avec actuellement plus de 900 agences dans l’hexagone (pour environ 830 points de vente), l’assureur veut atteindre les 1.000 agents généraux d’ici 3 à 5 ans, grâce notamment “à l’ouverture de nouveaux points de ventes satellites qui gravitent autour d’agences déjà bien implantées”, précise Claude Zaouati, directeur général d’Aviva Assurances. La compagnie souhaite ainsi pouvoir ouvrir 20 nouveaux points de vente en 2014.

L’entité tricolore de l’assureur britannique, qui a dépassé le milliard d’euros de chiffre d’affaires au 30 septembre 2013 (soit une hausse de 6%), souhaite également dans les prochains mois rééquiliber le mix de ses activtés. “Aujourd’hui, 60% de notre chiffre d’affaires est réalisé auprès des particuliers contre 40% pour les professionnels. Je souhaite à l’avenir pouvoir arriver à 50/50”, explique ensuite Claude Zaouati. Ainsi, depuis quelques mois, la compagnie accélére ses offres à destination des professionnels (TPE/PME, artisans, ou encore exploitants agricoles). “Nous souhaitons que 80% de nos agents soient actifs sur ce marché des professionnels (contre 60% actuellement). La distribution est de plus en plus difficile, notamment à cause de la dématérialisation, mais nous pensons que la proximité des agents est encore une notion importante avec la clientèle professionnelle”. L’assureur enregistre notamment un taux de rétention de 88% en 2013.

Vers de nouvelles offres

Aviva France, qui doit communiquer ses résultats annuels dans quelques jours, réfléchit comme l’ensemble du secteur à son virage digital avec la transformation de ses modes de distribution. L’enseigne, en pleine réflexion sur le multicanal, souhaite proposer à horizon 2015 un projet de souscription de produits en ligne, avec en premier lieu un contrat d’assurance auto, distribué également par les agents.

“Nous avons également un vrai potentiel de développement sur le marché de la santé des TPE/ PME. Il s’agit du cœur de cible de nos agents généraux”, explique M. Zaouati. Afin de contrer l’ANI et la généralisation de la complémentaire santé à horizon 2016, l’enseigne va également concevoir une offre collective qui sera gérée par le courtier Henner. Enfin, elle se lancera de nouveau sur les risques d’entreprises, grâce au courtage, et espère atteindre “les 5 à 10M d’euros de chiffre d’affaires cette année”.

Marché MRH déficitaire

Concernant l’impact des catastrophes naturelles 2013 sur son activité, l’assureur (4e enseigne sur la couverture agricole en France) dit avoir été impacté à hauteur de 25 à 30M d’euros par les épisodes de grêles sur cultures, et à hauteur de 30M sur les différentes intempéries qui ont touchées l’hexagone durant l’exercice.

Claude Zaouati en a profité pour tirer un bilan sur le marché MRH en France, un marché déficitaire sur le risque habitation “qui mérite d’être repensé”, selon ce dernier. “Il manque entre 15 et 20% de hausses tarifaires pour revenir à l’équilibre du marché. Il faut réagir sur le prix annuel de la couverture habitation qui s’élève aujourd’hui en moyenne à 300 euros, il faut travailler sur la prévention comme pour la sécurité routière et avancer sur les garanties et les couvertures”, poursuit-il, tout en dénonçant notamment les garanties poussées par les bancassureurs, le vieillissement du parc immobilier ou encore la hausse récurrente des Cat Nat depuis quelques années.