Les Suisses affichent une confiance grandissante dans les conseils des assureurs-maladie

    0

    Chantier santé publique: le peuple suisse affiche une envie grandissante de réformes dans les secteurs où les politiques sont à la recherche de solutions depuis des années. Selon la cinquième édition du sondage santé, une enquête représentative menée auprès de la population, les propositions telles que la refonte du financement des hôpitaux et des soins, la baisse du prix des médicaments, le libre choix de l’hôpital dans toute la Suisse ou l’assouplissement de l’obligation de contracter rencontrent toutes un accueil favorable.

    Bien que les résultats du sondage santé, basé sur 1203 interviews, attestent d’une ferme volonté de réforme des citoyennes et citoyens, le système de santé actuel n’est toutefois pas intégralement remis en question.
    82 % de la population n’entendent pas renoncer, par exemple, au système actuel de primes par tête et de réduction individuelle des primes. Ils tablent davantage sur une optimisation du système. Dans ce contexte, le projet d’adapter les prix des médicaments pratiqués en Suisse à la moyenne des prix pratiqués en Europe arrive en tête de liste, avec 91 % de personnes en sa faveur.

    Les assurés ne sont plus enclins à payer un prix parfois beaucoup plus élevé en Suisse pour des médicaments identiques qu’ils pourraient acheter moins cher dans les pays étrangers voisins. L’assouplissement du principe de territorialité cesse aussi d’être un tabou pour une grande partie de la population: 75 % souhaitent en effet que l’assurance-maladie finance des traitements effectués à l’étranger. 77 % se déclarent favorables, en outre, au projet de financement uniforme des hôpitaux, et 69 % en faveur de la nouvelle répartition des coûts pour les soins des personnes âgées. santésuisse s’engage pour une base de financement à long terme des prestations de soins et préconise le projet approuvé par la CSSS du Conseil des Etats dans le cadre de l’élimination des divergences. Un projet qui va, selon elle, dans la bonne direction.

    Confiance grandissante dans les conseils des assureurs-maladie

    Les citoyennes et citoyens attendent de leur assureur-maladie qu’il contrôle précisément les factures des fournisseurs de prestations. Cette revendication est populaire depuis des années. Pour que les assureurs-maladie puissent répondre aux attentes concernant la vérification des factures, il faut toutefois que les fournisseurs de prestations leur communiquent les renseignements nécessaires. Malheureusement, ce sont justement les hôpitaux qui génèrent le plus de coûts qui ne jouent pas la carte de la transparence vis-à-vis des assureurs-maladie et de leurs assurés. Pour la première fois, plus de 50 % des sondés se déclarent prêts à tenir compte des recommandations de leur propre caisse-maladie pour le choix des fournisseurs de prestations. Voilà un signal clair que les assurés accordent davantage de confiance à leur caisse-maladie, puisqu’en 2003, ils n’étaient que 39 % à envisager cette solution. Comme autre indicateur d’une confiance accrue, 57 % se prononcent en faveur de l’assouplissement de l’obligation de contracter. Plus de la majorité de la population pense donc que les assureurs-maladie devraient pouvoir choisir plus librement leurs partenaires à l’avenir parmi tous les fournisseurs de prestations.

    Le système de bonus/malus toujours populaire

    Avant même la fin de l’année, santésuisse avait déjà communiqué le bon score réalisé par le système de “bonus/malus” dans le sondage santé. Environ 65 % des personnes interrogées estimaient à l’époque que les personnes qui veillaient à leur santé devaient être récompensées. En dépit des controverses soulevées par ces résultats tout comme des reportages et commentaires critiques relayés par les médias, 66 % des personnes sondées continuent à approuver ce projet aujourd’hui.

    Données du sondage santé

    Mandaté par santésuisse pour la cinquième fois consécutive, le sondage santé a été réalisé par l’institut d’études de marché DemoSCOPE sur la base d’entretiens téléphoniques représentatifs, assistés par ordinateur. Le bureau Neff-Pidoux, Gestion des connaissances, à Berne, a assuré la planification et l’évaluation de cette enquête menée auprès de la population. L’univers du sondage englobe la population de Suisse alémanique, de Suisse romande et du Tessin âgée de 15 à 74 ans. Un échantillon de personnes a été choisi au hasard en veillant à une représentation appropriée des classes d’âge et de sexe par rapport à la population globale. 702 personnes ont été interrogées en Suisse alémanique, 301 en Suisse romande et 200 au Tessin. Lors de l’évaluation, les résultats ont été pondérés en fonction de la répartition dans la population globale. Les résultats de l’échantillon complet devraient concorder avec une probabilité de 95 % (précision de mesure de ± 2,6%) avec la population globale.

    [ad#pub-assurances]