Financement santé / Sondage : 98% des Français veulent un débat lors de la campagne présidentielle

Une écrasante majorité de Français, préoccupés par les risques pesant sur le financement du système de santé, souhaite que le sujet soit débattu lors de la campagne présidentielle, selon un sondage Ipsos publié mardi pour la Fédération de l’hospitalisation privée (FHP).

Selon cette étude, 98% des personnes interrogées veulent que la campagne présidentielle traite de ce thème, 91% estimant que le financement du système tel qu’il existe aujourd’hui est menacé. La moitié des personnes interrogées (52%) estiment même qu’il s’agit d’un enjeu « primordial » pour le scrutin.

« Face à ces inquiétudes et face au risque que cette question majeure soit écartée du débat public, il est de la responsabilité de tous les acteurs de se mobiliser », souligne Jean-Loup Durousset, président de la FHP. Pour Brice Teinturier, directeur général adjoint de l’institut Ipsos, la santé figure parmi les premières préoccupations sociales des Français derrière l’emploi et le pouvoir d’achat.

« Il sera difficile de faire l’économie d’un débat sur le système de soins dans les prochains mois. Toutefois le sujet ne pourra devenir un enjeu fort de la campagne que si les candidats font des propositions de réforme très différentes qui suscitent véritablement le débat », explique-il.

95% des Français s’inquiètent de la gestion des établissements de soins

Selon le sondage, 95% des Français considèrent nécessaire l’amélioration de la gestion des établissements de soins pour palier aux problèmes de financement, 81% des sondés estimant toutefois que les hôpitaux privés assurent une bonne gestion, contre 55% pour l’hôpital public.

L’enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 996 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, via des interviews menées par internet du 11 au 15 avril 2011.

Paris, 12 juillet 2011 (AFP)