Des responsables fédéraux veulent limiter la baisse des salaires chez AIG

Plusieurs responsables fédéraux américains plaident pour un assouplissement des restrictions sur les salaires des dirigeants de l’assureur AIG en 2010 imposées par le gouvernement, rapporte mardi le Wall Street Journal.

Selon le quotidien, qui cite des sources proches du dossier, des responsables du Trésor et de la Réserve fédérale de New York estiment que les coupes dans les salaires sont trop sévères et qu’elle sont néfastes à l’assureur et donc aux contribuables.

Pour ces dirigeants, une telle limitation pourrait pousser au départ des éléments clé de l’assureur, nationalisé en septembre 2008 pour éviter la faillite, ce qui rendrait encore plus difficile le remboursement des aides gouvernementales dont le groupe a bénéficié.

L’assureur a reçu des aides fédérales s’élevant à 180 milliards de dollars, une somme supportée à 80% par les contribuables, rappelle le Wall Street Journal.

En octobre, le gouvernement américain avait annoncé qu’il imposait, avec effet immédiat, des réductions dans la rémunération des dirigeants des sept entreprises ayant été le plus renflouées par l’Etat depuis 2008, dont AIG.

Le “superviseur spécial” chargé du contrôle de la paie dans les entreprises aidées par l’Etat, Kenneth Feinberg, a prévu notamment de réduire de 57% la rémunération en espèces des 13 dirigeants les mieux payés de l’assureur en 2009.

Le Wall Street Journal indiquait déjà le 11 novembre, que le directeur général de l’assureur Robert Benmosche, en place depuis trois mois, avait menacé de démissionner à cause de ces restrictions.

Washington, 24 nov 2009 (AFP)