Assurance santé : Cigna rejette l’offre à 54Mds de dollars de l’assureur Anthem

Le groupe d’assurance-santé américain Cigna a rejeté dimanche la nouvelle offre de rachat de son concurrent et compatriote Anthem, la jugeant “inadéquate” et “profondément décevante”.

“Le conseil d’administration de Cigna a unanimement estimé que l’offre était inadéquate et n’était pas dans les meilleurs intérêts des actionnaires de Cigna”, affirme le groupe de Bloomfield (Connecticut, nord-est) dans un communiqué.

Après plusieurs mois de discussions, Anthem avait rendu publique samedi une offre de rachat à 184 dollars par action, soit une plus-value de près de 18% par rapport au cours de clôture du titre Cigna vendredi. Au total, le groupe chiffrait cette opération à 53,8 milliards de dollars, dette comprise.

Une précédente offre de plus de 45 milliards de dollars avait déjà été rejetée par Cigna qui a affiché dimanche son irritation face aux nouvelles avances de son rival. “Nous sommes profondément déçus par vos récentes démarches”, écrit le conseil d’administration de Cigna dans une lettre aux dirigeants d’Anthem.

Dans ce courrier, également rendu public dimanche, Cigna estime que la fusion proposée aboutirait à la création d’une entité “extrêmement complexe” et pourrait être vue d’un mauvais oeil par les autorités de la concurrence. Avant de penser à une union, Cigna recommande par ailleurs à son prétendant de s’attaquer à son manque de “stratégie de croissance” et aux problèmes de confidentialité de ses données mis au jour par une “fuite massive” en février.

“Même si nous aurions préféré faire avancer nos discussions (…), nous avons des sujets d’inquiétude majeurs auxquels Anthem n’a pas répondu”, assure le courrier.

Cette tentative d’OPA est une nouvelle illustration des grandes manoeuvres en cours actuellement dans le secteur de l’assurance-santé aux Etats-Unis confronté à la hausse des coûts due à la réforme Obamacare. Une autre fusion serait ainsi en discussion dans le secteur: UnitedHealth, numéro un aux Etats-Unis avec une capitalisation dépassant les 110 milliards de dollars, aurait approché son concurrent Aetna, dont la capitalisation boursière approche les 42 milliards de dollars, en vue d’un éventuel rachat.

La course à la taille est aussi justifiée par le fait que les assureurs-santé veulent peser un peu plus dans les négociations commerciales avec les hôpitaux.