Assurance / Actifs : Risques de dépréciations en cas de décote italienne et espagnole

Logo de Swiss Re

Les assureurs vont faire face à d’importantes dépréciations d’actifs en cas de décote sur les créances italiennes et espagnoles, ont prévenu jeudi les spécialistes de Swiss Re.

« Une décote (perte) sur les obligations souveraines grecques, irlandaises et portugaises pourrait être facilement absorbée avec les ressources en capitaux des assureurs », a estimé Darren Pain, économiste chez Swiss Re.

« Mais une décote de cet ordre de grandeur impliquant également la dette espagnole et italienne serait plus difficile » et résulterait dans des dépréciations d’actifs entre 25% et 35% des fonds propres des assureurs, a-t-il averti, cité dans un communiqué.

Afin de stabiliser la Grèce surendettée, la zone euro cherche à obtenir des banques créancières du pays qu’elles acceptent de perdre entre 50% et 60% sur les titres grecs qu’elles détiennent, soit environ 100Mds d’euros. Le numéro deux mondial de la réassurance s’est également dit inquiet de la situation actuelle dans la zone euro et aux Etats-Unis.

« Le plus grand risque pesant sur les perspectives économiques provient des développement économiques en Europe, qui pourraient avoir comme conséquence une décote désordonnée de la dette publique ou même des départs de l’Union monétaire européenne », a souligné l’économiste en chef de Swiss Re, Kurt Karl.

Selon ce dernier, l’échec des Etats-Unis à trouver des moyens de réduire le déficit colossal de l’Etat fédéral implique également des risques. « La situation dans ces deux principales régions a augmenté le risque qu’elles subissent une période prolongée de croissance lente, avec une inflation et des taux d’intérêts faibles », a-t-il ajouté.

Cette situation va avoir des conséquences négatives pour le secteur de l’assurance, qui va faire face à une croissance atone avant de se rétablir. Swiss Re table ainsi dans les pays développés sur une hausse des primes dans l’assurance dommage de 0,6% cette année, de 1,7% en 2012 et de 2,9% en 2013.

La croissance s’annonce plus robuste dans les pays émergents, où les primes vont croître de 8,9% cette année, de 7% en 2012 et de 8,6% dans deux ans. Les primes dans l’assurance vie, qui ont reculé de 1,4% cette année au niveau mondial, devraient progresser de 2,2% en 2012 et de 2,9% en 2013 dans les pays développés et d’environ 8% sur les deux prochaines années dans les pays émergents.

Zurich (Suisse), 1 déc 2011 (AFP)