AIG fédère ses activités d’assurance-vie sous la marque Alico avant cotation en bourse

    Le groupe américain AIG a annoncé mercredi qu’il allait fédérer sous la marque Alico ses activités d’assurance-vie dans le monde, avant de les introduire en Bourse pour rembourser l’Etat fédéral.

    American Life Insurance Company (Alico), marque qui existe depuis 1921, sera la seule utilisée dans le monde, impliquant la disparition de marques employées en Europe de l’Ouest et en Amérique latine. “La nouvelle identité visuelle” d’Alico “marque la séparation symbolique” avec son ancienne maison mère”, a-t-elle souligné dans un communiqué.

    La société, toujours restée bénéficiaire avec ses 19 millions de clients dans 54 pays, doit être introduite en Bourse d’ici à la fin de l’année, après approbation des autorités de régulation, si les conditions de marché le permettent.

    AIG, qui a reçu depuis septembre plus de 170 milliards de dollars de fonds publics et en garanties pour éviter la faillite, compte rembourser 25 milliards avec cette introduction en Bourse et celle d’une autre filiale d’assurance-vie, AIA, qui est elle active aux Etats-Unis.

    Le démantèlement de l’ancien numéro un mondial des assurances s’est poursuivi mercredi avec deux cessions. AIG a conclu d’une part la vente de 21st Century (assurance automobile) à son concurrent suisse Zurich Financial Services et sa filiale américaine Farmers Insurance. Cette transaction de 1,9 milliard de dollars avait été annoncée en avril.

    Le groupe a par ailleurs signé un accord pour vendre 100% de ses activités de prêts à la consommation en Colombie (Inversora Pichincha et Interdinco) à une banque équatorienne, Banco Pichincha, et “d’autres parties”, pour un montant non communiqué.

    Le Wall Street Journal affirmait en revanche que la vente des activités de gestion d’actifs prenait du retard, AIG ayant face à lui des offres de moins en moins intéressantes. “L’éventail des offres est descendu entre 350 et 450 millions de dollars, bien en deçà des 800 millions de dollars proposés en avril par d’autres acheteurs potentiels”, selon le quotidien qui citent des “personnes au courant du processus d’enchères”.

    AFP