Sécurité routière : Moins de 4.000 morts sur les routes en 2011

Le bilan provisoire est de 3.970 morts sur les routes en 2011 contre 3.992 en 2010, selon un communiqué de la Sécurité routière. L’année n’est cependant pas uniforme.

La mortalité sur les routes est en baisse pour la 10e année consécutive en 2011. Ce sont 22 vies qui ont été épargnées par rapport à l’année précédente. Le nombre de personnes hospitalisées passe pour la première fois sous la barre des 30.000 et recule de 6,1%. Les personnes blessées diminuent également de 4,2% quand le nombre d’accident corporels baisse de 3,1%.

Si les chiffres sont positifs sur l’ensemble de l’année, deux périodes sont néanmoins à distinguer. Sur les quatre premiers mois, 2011 apparait un net rebond de 12% des tués. Des résultats causés en partie par l’implication des véhicules légers (+11%), ainsi que des deux-roues motorisés.

Les mauvais résultats du premier semestre compensés au deuxième

A partir de juillet 2011 s’amorce en revanche une baisse de 21% par rapport à l’année précédente, après une stabilisation au mois de mai. « Les mauvais résultats du premier semestre étaient ainsi totalement compensés et le total sur une année glissante était repassé sous les 4 000 tués dès septembre (la première fois datait de décembre 2010, avec 3 992 tués) », selon le communiqué de la Sécurité routière.

Fin novembre, le nombre de tués était ainsi en nette baisse de 1,9% par rapport à l’année précédente, à 3.927 tués, plus bas niveau depuis l’après-guerre.  Le mois de décembre en revanche ne fait pas bonne figure en comparaison de l’année précédente, qui elle fut exceptionnelle, les mauvaises conditions ayant découragées les conducteurs. La douceur de cette fin d’année 2011 ayant incité les conducteurs à prendre le volant, +14,6% soit 338 personnes supplémentaires ont alors perdu la vie.

Les deux-roues motorisés représentent un  quart des décès

Le bilan établit finalement que cette baisse de la mortalité profite essentiellement aux plus jeunes, avec  une diminution nettement marquée pour les enfants (-11%) ainsi que les usagers de cyclomoteurs (-16%). La situation des motocyclistes s’est en revanche fortement dégradée, en augmentation de 10%. Les deux-roues motorisés représentent un  quart des décès sur la route.