Santé : Jean-Louis Faure se positionne sur l’ANI

Jean-Louis Faure s’exprime à travers la Lettre du CTIP, dont il est le président, sur l’ANI, qu’il soutient.

Le CTIP s’est fait discret depuis le 11 janvier 2013, date à laquelle partenaires sociaux et patronat ont conclu l’Accord national interprofessionnel (ANI) qui généralise la complémentaire santé d’entreprise. Pourtant Jean-Louis Faure, délégué général du CTIP, sort de son silence dans un éditorial engagé dans la lettre du CTIP de mars 2013, numéro 60.

Résolument pro ANI, il écrit : ” il constitue une reconnaissance des nombreux avantages du dispositif collectif tant pour les salariés que pour les entreprises. Tout démontre, en effet, que le contrat collectif est socialement et économiquement efficace“. De plus, Jean-Louis Faure insiste sur le fait que la mutualisation des accords de branches permet de diminuer les tarifs de la complémentaire santé d’entreprise. “Elle est 30% moins chère qu’un contrat individuel de marché à garanties équivalentes. De fait, les instituts de prévoyance qui gèrent ces contrats ne ménagent pas leurs efforts pour contenir les coûts de gestion“. Et de poursuivre : “Progressivement, les accords et contrats collectifs se sont imposés dans le paysage social français. Et ce mouvement s’amplifie, porté par le volontarisme des partenaires sociaux“.

Autant dire que l’ANI ne fait pas que des mécontents. En effet, le Ctip qui ne conteste, apparemment, pas la réintroduction des désignations de branches dans cet édito, prévient donc que les IP sont en ordre de marche pour conquérir le marché collectif santé.