Réassurance / Acquisition : Scor poursuit sa diversification en rachetant l’américain Transamerica Re

    Avec l’acquisition de Transamerica Re, division américaine de réassurance de l’assureur néerlandais Aegon, le réassureur français Scor poursuit sa diversification et pousse plus que jamais les feux en réassurance vie, qui offre plus de stabilité que la réassurance dommage.

    L’opération, qui va coûter à Scor 630M d’euros environ, est complexe car Transamerica Re n’est pas une entité juridique. Elle consiste donc essentiellement en un transfert de risques qui s’apparente à une rétrocession.

    Scor a jeté son dévolu sur le portefeuille de risques dits biométriques de Transamerica Re, c’est à dire liés à la vie humaine (maladie, décès, invalidité). Au total, le Néerlandais transférera 1,2 milliard d’euros d’engagements.

    Au terme de cette acquisition, qui devrait être finalisée dans le courant du troisième trimestre, le groupe français deviendra le deuxième réassureur vie aux Etats-Unis.

    En 2010, « TaRe », dont le siège est situé à Charlotte (Caroline du Nord) a émis pour 2,2Mds de dollars (1,50Md d’euros) de primes brutes, dont 87% aux Etats-Unis.

    C’est la première grande manoeuvre de Scor depuis la fin de la crise financière, que le réassureur a traversé sans dégât majeur. Il met là en musique son plan stratégique “Strong Momentum”, annoncé en septembre et à horizon 2013, qui prévoit notamment la poursuite de la diversification, tant sur le plan géographique qu’en termes d’activité.

    Pour la première fois, les primes perçues en réassurance vie pourraient dépasser le volume de la réassurance dommage et responsabilité (P&C) après cette acquisition.

    « Le rééquilibrage du portefeuille de réassurance vie entre les Etats-Unis, l’Asie et l’Europe apportera une stabilité complémentaire au groupe », a commenté le PDG Denis Kessler.

    Affichant traditionnellement des marges plus faibles qu’en réassurance dommage, la réassurance vie offre, en revanche, une meilleure stabilité et une moindre exposition au risque.

    « En considérant tous les aspects de l’opération, cela semble être une bonne décision stratégique », a commenté Emmanuel Cales, analyste de Société Générale. Le marché a mis quelques heures à se laisser convaincre par l’annonce, le titre prenant environ 1,6% en début d’après-midi, dans un marché légèrement positif.

    « Sur le plan stratégique, l’opération semble bien pensée et se traduira par un rééquilibrage de leurs activités de réassurance vie de manière très significative aux Etats-Unis, où ils étaient très notoirement sous pondérés », a estimé Thomas Fossard, analyste chez HSBC.

    Outre ses trois concurrents traditionnels (Munich Re, Swiss Re et Hannover Re), Scor était jusqu’ici également devancé sur le marché américain par RGA (Reinsurance Group of America), dont il va sensiblement se rapprocher en termes de primes.

    La part du continent américain dans les primes perçues par Scor en réassurance vie va passer de 30% à 49%, une proportion plus conforme à la physionomie du marché dans son ensemble.

    En Europe, il avait augmenté sa taille en réassurance vie en acquérant l’Allemand Revios en 2006. « Sur le plan des paramètres financiers, le deal paraît très attractif pour les actionnaires, avec une décote importante sur l’embedded value (valeur intrinsèque), un badwill (écart d’acquisition positif susceptible de se traduire par un profit) et un deal assez fortement relutif en terme de bénéfice par action », a relevé M. Fossard.

    Autre point positif sur le plan financier, la transaction sera financée sur les fonds propres de Scor, avec un éventuel recours à l’emprunt, mais sans émission de nouvelles actions, a assuré le réassureur français.

    Paris, 26 avril 2011 (AFP)