Marché / Assurance : Une évaluation du risque systémique comparable à celles des banques voulue par les régulateurs

Les régulateurs veulent évaluer le risque systémique émanant des assureurs au niveau mondial et voir comment appliquer les récentes réformes bancaires au secteur de l’assurance, a annoncé mardi l’Association internationale des contrôleurs d’assurance (IAIS).

Au terme de leur réunion triannuelle à Dubaï, l’IAIS, qui regroupe les régulateurs de 140 pays et plus de 120 assureurs, a mis en place un calendrier de deux ans durant lequel elle va évaluer les recommandations du Comité de stabilité financière (FSB, Financial Stability Board) en matière de réforme financière, a précisé l’association dans un communiqué.

“L’évolution du secteur de l’assurance avec de plus en plus de sociétés d’assurances qui étendent leurs activités au niveau mondial (…) a renforcé la pression pour mettre en place des réformes”, a estimé le président de l’IAIS, Peter Braumüller, cité dans le communiqué.

Même si l’association reconnaît que les assureurs traditionnels représentent peu de risques systémiques, les régulateurs estiment qu’ils doivent être vigilants face à “l’opacité des frontières du secteur financier” qui débordent largement sur les assureurs.

Face au risque systémique (un effondrement du système entraîné par la faillite d’un grand acteur du secteur), l’IAIS veut évaluer les recommandations du FSB, qui a édicté en septembre avec le Comité de Bâle de supervision bancaire les normes dites de Bâle III renforçant notamment les fonds propres durs des établissements financiers. “L’IAIS va mener des études plus poussées pour développer une meilleure analyse du risque systémique dans le secteur de l’assurance”, permettant de mieux cibler les établissements à risques, a-t-elle expliqué.

L’association, le FSB et d’autres régulateurs vont par ailleurs mettre en place une “liste confidentielle” regroupant tous les établissements représentant un risque systémique, qui devront adopter des normes plus sévères en matière de fonds propres et de réglementation, a souligné l’IAIS.

Zurich, 2 novembre 2010 (AFP)