Régulation : Metlife confirmé dans son statut de groupe systémique

Les autorités américaines de régulation financière ont confirmé mercredi le statut de groupe d’importance « systémique » de l’assureur américain MetLife, a indiqué mercredi un communiqué du Conseil de Surveillance de la Stabilité Financière (FSOC).

Le Conseil de surveillance, qui avait désigné fin 2014 MetLife comme un groupe non-financier présentant des risques systémiques pour le système en cas de difficulté, a procédé à l’examen annuel de ce statut. Les autorités affirment avoir discuté avec l’assureur qui demande la révocation de cette désignation car elle lui impose des normes prudentielles de capital.

« A la suite d’une discussion sur les derniers développements intervenus au sein du groupe, le Conseil a décidé de ne pas révoquer la désignation de MetLife », indique le communiqué qui n’exclut pas de changer d’avis lors d’un autre examen annuel si « des facteurs clés » sont modifiés. En janvier, MetLife avait annoncé qu’il envisageait de scinder ses activités d’assurances au détail aux Etats-Unis, qui représentent 20% de ses revenus opérationnels, au sein d’un autre groupe.

Pour l’instant donc, le géant de l’assurance fait encore partie des groupes considérés comme « trop importants pour faire faillite » (too big to fail) de même que l’autre assureur Prudential Financial -dont le statut a également été confirmé en décembre dernier- ainsi qu’AIG et General Electric Capital. Ces établissements dits non-financiers rejoignent une trentaine de grandes banques qui doivent, aux termes de la loi Dodd Frank adoptée après la crise financière, conserver notamment des marges de fonds propres suffisantes pour rester à flot en cas de déroute financière.