International : Le Portugal privatise la branche assurance de la banque publique Caixa Geral de Depositos

Le gouvernement portugais a décidé jeudi de privatiser d’ici la fin de l’année la branche assurance de la banque publique Caixa Geral de Depositos (CGD), prévue dans le programme de privatisations négocié il y a deux avec ses créanciers internationaux.

Le gouvernement a “approuvé la cession de 100% des assurances de la Caixa (…), l’objectif étant de vendre l’ensemble des participations de la branche assurance comme le prévoit le mémorandum de la troïka”, représentant les bailleurs de fonds du pays, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Luis Marques Guedes, à l’issue d’un conseil des ministres.

La cession de 95% du capital de cette activité devrait “se faire par vente directe à des investisseurs de référence”, tandis que les “5% restants seront vendus aux employés”, a ajouté M. Guedes, précisant que l’objectif est de conclure cette opération “avant la fin de l’année”.

Le gouvernement privilégie l’option qui consiste à céder “l’ensemble de la branche assurance” de la Caixa, qui se compose de trois sociétés (Fidelidade, Multicare et OK Teleseguros), à un même repreneur.
“Ce serait avantageux (…) mais cela dépendra de l’intérêt des investisseurs”, a souligné M. Guedes.

Le Portugal a déjà procédé à plusieurs privatisations depuis que le pays est sous assistance financière internationale de l’Union européenne et du Fonds monétaire international en échange d’une aide de 78 milliards d’euros obtenue en mai 2011.
Fin décembre, l’Etat a cédé le gestionnaire d’aéroports ANA au groupe de BTP français Vinci pour 3,08 milliards d’euros, après la vente de participations dans les groupes électriciens EDP et REN à des investisseurs chinois et omanais.

Le gouvernement portugais s’était alors félicité d’avoir obtenu 6,4 milliards d’euros avec ce programme de cessions d’actifs publics, alors que l’objectif initial visait 5,5 milliards d’euros.
En revanche, le gouvernement a renoncé pour l’instant à poursuivre la privatisation de l’audiovisuel public, de la compagnie aérienne TAP Portugal et du chantier naval de Viana do Castelo, dans le nord du pays.

Le programme de privatisations prévoit encore la vente de la poste (CTT) et de la filiale pour le fret des chemins de fer portugais (CP Carga).

La vente de ces actifs doit contribuer à réduire une dette publique qui dépasse 120% du PIB.

Avec AFP