Dette grecque : Les banques annoncent que les créanciers privés sont prêts à participer

La communauté financière est prête à s’engager dans une initiative « volontaire, coopérative et transparente » pour soutenir la Grèce, compte tenu des circonstances « exceptionnelles », a indiqué vendredi le lobby mondial des banques, l’Institut de la finance internationale (IIF).

« Le conseil d’administration de l’IIF est résolu à travailler avec ses membres et d’autres institutions financières, les autorités et la Grèce pour fournir un soutien substantiel en liquidités » à ce pays, selon un communiqué transmis à l’AFP.

Il s’agit également pour les créanciers privés de « jeter les bases d’une situation plus soutenable en termes d’endettement » pour la Grèce. La participation des créanciers privés s’appuiera sur « un petit nombre d’options », notamment « le rollover (renouvellement des engagements au fil des remboursements) ou l’extension de maturité » des titres de dette grecque ainsi que sur le réinvestissement dans des titres de maturité longue bénéficiant d’une garantie, selon l’IIF.

Cette deuxième solution s’apparente à la proposition faite par les créanciers français, qui ont offert de réinvestir 70% des sommes remboursées par la Grèce au titre des obligations arrivant à échéance.

Sur ces 70%, seuls 50% seraient placés dans des titres grecs à 30 ans, les 20% restants étant conservés dans un véhicule de placement ad hoc à titre de garantie.

« Nous sommes décidés à jouer notre rôle dans l’amélioration des perspectives de rétablissement de la Grèce (…) ainsi qu’à soutenir la stabilité financière », explique le lobby dans le communiqué.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent s’entretenir de la Grèce samedi lors d’une conférence téléphonique mais ne devraient pas conclure d’accord sur la participation des créanciers à cette occasion, a indiqué à l’AFP un diplomate européen.
Une autre réunion de la zone euro est prévue le 11 juillet.

Washington, 1 juillet 2011 (AFP)