Courtage : “Le Sycra ne démissionnera pas de la CSCA”

Le Sycra prend acte de la décision de la CSCA de choisir le Sycasef comme seul représentant régional de la CSCA en Rhône-Alpes/Auvergne. Mais il attendra d’être exclu de la CSCA plutôt que de démissionner.

Jeudi 3 décembre, la CSCA annonçait avoir retenu le Sycasef comme représentant exclusif en région Rhône-Alpes. Immédiatement les regards se sont tournés vers le Sycra, syndicat historique sur le même territoire et membre de la CSCA. « Je rassure tout le monde, le Sycra existe toujours et continuera d’exister », ironise Jean-François Gleizal, président du syndicat.

« Il y a un an et demi, nous avions demandé à nos adhérents s’ils souhaitaient la dissolution du syndicat dans le cadre du projet d’union de la CSCA. La réponse avait été non à 80% », poursuit le président. Depuis, quelques membres sont partis créer le Sycasef dans l’optique d’intégrer le nouveau projet de la CSCA. Un projet qui n’a rien de nouveau selon le Sycra, puisque la chambre nationale demande encore la dissolution.

La solution Planète Courtier ?

« Nous n’avons jamais compris pourquoi il fallait se dissoudre pour être représentatif », s’interroge Jean-François Gleizal. Un rattachement à la structure faitière, à l’instar de l’Ucamat et de l’Anacofi, aurait été rejeté par la chambre nationale. Toujours est-il que le syndicat ne compte pas quitter la CSCA de son propre chef. « On ne démissionnera pas. On va attendre la fin de l’année qu’on nous demande de partir », souligne le président du Sycra.

En attendant, le syndicat semble regarder avec intérêt Planète Courtier. « Nous allons les rencontrer pour discuter », conclut Jean-François Gleizal. Ce serait une « belle prise » pour Planète Courtier, la région Rhône-Alpes étant la deuxième place forte du courtage après l’Île-de-France.