Chronique : La réassurance face à l’enjeu du maintien de résultats solides

Standard and Poor’s livre chaque année une étude sur le marché de la réassurance. Voici les conclusions présentées par Virginie Crepy, Associate director chez S&P.

Le marché de la réassurance continue globalement de bénéficier de surplus de fonds propres par rapport au niveau moyen des notes du secteur.

De plus, le secteur en moyenne continue de démontrer des pratiques solides en matière de gestion intégrée des risques ainsi que d’une politique prudente de placements.

Ces facteurs ont dans leur ensemble permis au marché de faire face notamment à l’impact record des différentes catastrophes naturelles de 2011, et devraient continuer selon nous à constituer les principaux facteurs soutenant les notes de solidité financière du secteur. Toutefois, nous constatons que le surplus global de fonds propres par rapport aux notes est moindre par rapport à fin 2010 et qu’il n’est distribué de façon uniforme entre les réassureurs.
Nous estimons en effet que ces surplus ont diminué de près de 40% en un an a cause notamment d’une augmentation des risques à l’actif, d’augmentation des charges des provisions et de catastrophes naturelles

Nous pensons par ailleurs que la capacité à maintenir des résultats solides demeure l’un des principaux enjeux du secteur. Les augmentations de tarifs, généralement limitées et ciblées, devraient rester modestes ou concentrées uniquement sur certaines zones géographiques ou lignes d’activité.

Les taux d’intérêts bas pèsent sur les produits financiers, ce qui met davantage l’accent sur la nécessité pour les réassureurs de préserver la qualité des résultats de souscription. En outre, nous pensons que les reprises de provisions, qui ont contribué à soutenir significativement les résultats techniques des réassureurs lors des cinq derniers exercices (en moyenne 6 points de ratio combiné), devraient progressivement diminuer.
Notre opinion est basée sur le fait que les bonis réalisés sont essentiellement relatifs aux exercices 2006 et antérieurs, principaux exercices présentant un provisionnement excédentaire.

Cette chronique a été publiée dans le numéro 39 du News Assurances PRO Hebdo daté du 6 septembre 2012.