Séisme / Japon : Les sociétés d’assistance prêtes à d’éventuels rapatriements

    Après le cataclysme japonais, les sociétés d’assistance sont sur le qui-vive pour organiser d’éventuels rapatriements. Certains voyageurs et expatriés ont déjà demandé à quitter l’archipel et les assisteurs étudient les possibilités en cas d’aggravation de la situation nucléaire.

    Tremblement de terre, tsunami dévastateur et risque nucléaire encore très présent, le Japon n’est pas épargné depuis quelques jours. Après les graves évènements survenus en fin de semaine dernière, la péninsule compte près de 10.000 morts. Pour l’heure, les français expatriés semblent épargnés, mais les assisteurs sont en état d’alerte et se préparent à d’éventuels rapatriements.

    Axa Assistance gère actuellement une trentaine de dossiers au Japon. Les personnes concernées sont majoritairement des expatriés travaillant pour de grandes entreprises ou des voyageurs souhaitant quitter la péninsule. De son côté, Mutuaide Assistance fait l’objet à cette heure d’une seule demande de retour anticipé. Le SNSA (Syndicat National des Sociétés d’Assistance) rappelle que les T.O. ont suspendu tous les vols affrétés vers le Japon. Chez Mondial Assistance, ce sont les « Business Unit » de proximité et les filiales sur place qui gèrent la situation. Pour l’heure, la  filiale d’Allianz ne recense aucun français nécessitant une prise en charge ou un rapatriement.

    Pas de quoi s’alarmer

    Même constat chez Europ Assistance, « pour l’instant, nous n’avons aucun client blessé ou disparu sur place », déclare Bernard Maitre, directeur tourisme et loisirs de l’assisteur. « Si certains de nos clients ont souscrit une assurance multirisque voyage et qu’ils aient besoin d’être rapatriés suite à un accident ou une maladie imprévue survenue sur place, nous sommes en mesure d’intervenir dans l’état actuel de la situation (ouverture de l’espace aérien notamment). Ceux qui souhaiteraient rentrer en France pour un autre motif, ne sont en général pas couverts par les garanties d’assurance voyage du marché », ajoute-t-il. « Dans ce cas, nous pouvons proposer sur devis, pour ceux qui le souhaiteraient, l’organisation de leur retour, dans la limite des possibilités des compagnies aériennes », ajoute Bernard Maitre. « Si la situation devait évoluer et que le Japon soit amené à fermer ses frontières et à restreindre la libre circulation des personnes et des biens, nous serons alors dans l’incapacité matérielle d’intervenir »

    « Enfin, il faut savoir que les conséquences de l’accident nucléaire (explosion ou fusion du noyau atomique) constituent un cas d’exclusion des garanties d’assistance et d’assurance du marché », conclut ce dernier. Cependant, selon nos sources, certaines sociétés d’assistance étudieraient de près la mise en place d’éventuelles opérations en cas d’accident nucléaire très grave.

    La frayeur des judokates françaises

    Vendredi lors du séisme, l’équipe de France féminine de judo était en stage à Tokyo. Les sportives ont pu être rapatriées ce matin par un vol régulier (15 personnes dont 3 entraineurs et 1 médecin). En alerte rouge, la fédération française et le ministère des Sports ont également fait revenir les judokas tricolores emmené par Teddy Ryner. Ces derniers étaient eux en Corée et devaient rejoindre la délégation féminine sur la péninsule japonaise.