Sécurité : Brice Hortefeux annonce un “partenariat” entre police scientifique et assureurs

Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a annoncé mardi à Versailles un “partenariat” avec les compagnies d’assurances afin de créer un “fonds” pour contribuer à la dotation de matériels de prélèvement en faveur de la police technique et scientifique (PTS).

Il s’agira, par le biais d’une “contribution volontaire”, selon l’entourage ministériel, de créer “un fonds qui viendra compléter les crédits d’Etat, consacré à l’acquisition de +kits de prélèvements+ d’empreintes et de traces sur les lieux des cambriolages”, a expliqué M. Hortefeux. “Des discussions avec les compagnies d’assurances ont été ouvertes”, selon son entourage, et ce fonds devrait être doté “de 6 millions d’euros sur trois ans”, a précisé le ministre, qui visitait la division de police technique de la direction régionale de police judiciaire de Versailles.

Le ministre, qui veut “une police technique et scientifique de masse”, entend que la PTS intervienne “sur 100% des cambriolages et des vols de véhicules qui ont été retrouvés”, a-t-il dit. “34,60% des cambrioleurs ont été confondus au cours des six premiers mois de 2010 grâce à l’action de la PTS”, a relevé le ministre, alors qu’il y en avait eu “22% sur l’ensemble de 2009”, a-t-il ajouté.

Dans le cadre d’un plan triennal 2008-2010, plus de moyens, d’effectifs et de formation” ont été accordés à la PTS, a relevé le ministre en précisant que “8.000 (agents) spécialisés ont été déployés dans les commissariats de sécurité publique et 4.200 techniciens d’investigation criminelle de proximité sont opérationnels”.

Enfin, il a salué l’efficacité des différents fichiers de PTS, se déclarant “très favorable à (leur) utilisation rationnelle, efficace, dans le respect des règles”.

Ainsi, le fichier national automatique des empreintes digitales (FNAED) qui contient “3.660.000 empreintes, a permis la résolution de 8.559 affaires au cours des huit premiers mois de 2010”, et celui des empreintes génétiques (FNAEG) qui comprend “1.500.000 traces, a permis la résolution de 8.211 affaires” dans le même temps.

Versailles, 5 octobre 2010 (AFP)