Santé : Sur les réseaux de soins, “ne boudons pas notre plaisir”, déclare Fabrice Henry

    Sans surprise, l’Assemblée Nationale a adopté hier en deuxième lecture la proposition de loi sur les réseaux de soins. Une bonne nouvelle pour l’Unocam et son président Fabrice Henry, qui aurait toutefois aimé que le texte aille au delà des secteurs dentaires, optiques et audioprothèses.

    La proposition de loi sur les réseaux de soins, également connue sous le nom de PPL Le Roux, vient d’être votée par l’Assemblée Nationale, sans amendement. Le texte doit permettre aux mutuelles soumises au code de la Mutualité de pouvoir, au même titre que les compagnies d’assurances et les Institutions de prévoyance, favoriser les assurés qui utilisent leurs réseaux de soins.

    Cette proposition de loi, largement critiquée par certains syndicats de dentistes et d’opticiens, place donc l’ensemble des familles de complémentaires santé sur le même pied d’égalité que le reste des acteurs du secteur, à la grande satisfaction de Fabrice Henry, président de l’Unocam (Union nationale des organismes d’assurance maladie complémentaire) qui “ne boude pas son plaisir” comme il l’indique dans l’interview vidéo ci-dessous.

    Texte limité

    Comme il l’indique également ci-dessus, Fabrice Henry aurait pourtant préféré que le texte soit élargi à l’ensemble des professions de santé présentes sur les réseaux de soins. Pourtant, les mutuelles ne pourront pas moduler les remboursements des assurés qui se rendent chez les médecins, les kinés ou l’ensemble des profession de santé où la prise en charge par la Sécurité Sociale est supérieure à 50%.

    Enfin, la Mutualité Française se dit elle aussi satisfaite, indiquant dans un communiqué que cette loi “souligne le rôle indispensable des mutuelles dans le système de santé pour négocier avec les professionnels de santé des soins de qualité à des tarifs maîtrisés”.