Santé : Négociations compliquées sur les soins dentaires

Dentiste

Les négociations sur les soins dentaires entre les dentistes, l’assurance maladie et les complémentaires achoppaient toujours jeudi sur le devis dentaire, a indiqué Fabrice Henry, président de l’Unocam (Union des complémentaires).

« Nous avons discuté sur le devis dentaire mais c’est très compliqué », a déclaré à l’AFP M. Henry lors d’une suspension de séance de ce nouveau round de négociations qui doit s’achever ce jeudi.

Selon lui, les discussions concernent le coût de la prothèse inscrit dans le devis et « la façon dont on détermine l’affichage du prix de vente par rapport au prix d’achat ».

Mercredi, une première réunion technique n’avait pas permis de régler cette question. En l’absence d’accord, le gouvernement pourrait prendre un décret pour généraliser et définir le devis dentaire.

Pas d’accord sur les prothèses

Par ailleurs, M. Henry a précisé que l’Unocam ne signerait pas le protocole d’accord, présenté la semaine dernière par l’assurance maladie, concernant un plafonnement du tarif des prothèses pour les faibles revenus.

L’assurance maladie demande aux dentistes et aux complémentaires des efforts pour plafonner le tarif des prothèses et de l’orthodontie pour les 3,5 millions de personnes éligibles à l’Aide à la complémentaire santé (ACS).

Mardi 3 avril, elle avait mis sur la table un protocole d’accord par lequel les dentistes s’engageraient à limiter leurs tarifs et les complémentaires à mieux rembourser ces soins. En échange, l’assurance maladie revaloriserait les soins conservateurs(détartrage, dévitalisation, etc.) comme le veulent les dentistes.

Contrats ACS

« Nous attendons la fin des pourparlers avec le ministère sur la labellisation des contrats ACS, on ne va pas discuter d’un côté et de l’autre. L’UNCAM (Union nationale des caisses d’assurance maladie) n’a pas à nous dicter ce que nous devons faire », a souligné M. Henry.

L’Unocam s’est dite prête en revanche à signer un avenant à la convention des dentistes concernant des points plus consensuels comme la permanence des soins, la revalorisation de la consultation à 23 euros (contre 21 actuellement) ou l’incitation à l’installation dans les zones qui manquent de dentistes.

PARIS, 12 avr 2012 (AFP)