Samu social : La mairie de Paris débloque des fonds exceptionnels pour l’urgence sociale

    Le maire de Paris Bertrand Delanoë, a annoncé dans un communiqué de presse lundi 25 juillet qu’il accorderait une « subvention exceptionnelle » au Samu social pendant l’été. Cet argent a principalement pour but de compenser la suppression des 4.500 nuitées en hôtel décidée par le gouvernement.

    La démission de Xavier Emmanuelli, annoncée par ce dernier la semaine dernière dans Charlie Hebdo a ramené les problèmes de financement du Samu social au cœur du débat public. Hier, Bertrand Delanoë a ainsi décidé, bien que « l’hébergement d’urgence relève strictement [de la compétence de l’État », d’allouer une subvention exceptionnelle au Samu social pendant les mois de juillet et d’août. Elle aura pour but de « financer la mise à l’abri humanitaire immédiate de la centaine de familles réfugiées dans les services d’urgence des hôpitaux », qui sont aujourd’hui « saturés ».

    Sans donner de chiffre, M.Delanoë a déclaré à l’Associated Press que la mairie de Paris s’engageait « à couvrir en septembre les dépenses du Samu social pendant les deux mois d’été” pour la mise à l’abri des familles sans domicile.

    Après la suppression des 4.500 nuitées en hôtels, le secrétaire d’État en charge du logement avait indiqué mercredi 20 juillet qu’il faudrait attendre la fin de l’année 2011 avant que l’État n’offre des logements aux familles mises à la rue. Le gouvernement cherche en effet à privilégier des « solutions pérennes » à offrir aux personnes sans domicile par rapport aux solutions d’urgence mises en œuvre jusqu’à présent.

    Cette décision s’inscrit dans la politique prônée par un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Si ce dernier reconnaissait le travail accompli par Xavier Emmanuelli dans le lutte de l’exclusion par sa politique d’urgence sociale, il affirmait aussi que désormais, « l’action [au niveau de l’hébergement des sans-abris] doit se faire pérenne ».